ALGH : salon de l’absurde

(Juan Pablo Plazas, basket, ball, bunny, breast, 2015 © Marc Wathieu)

Depuis 2007, Tania Nasielski transforme régulièrement le salon de son appartement à Forest en salle d’exposition. ALGH, pour « A Little Group sHow », est sa première expo collective. 

ALGH, comme une exclamation provoquée par l’étonnement, un petit cri de surprise, est l’onomatopée servant de fil rouge à cette exposition modeste en dimensions mais qui accueille tout de même presque vingt œuvres de huit artistes, quasiment tous basés à Bruxelles. Très différentes par les disciplines et les approches, les pièces présentées en toute simplicité sont liées par un certain goût pour l’absurde et le non sense. Elles forment un ensemble éclectique mais cohérent offrant quelques clins d’œil amusants au caractère domestique assumé de l’espace qui les accueille. 

(© Marc Wathieu)

Dès le hall d’entrée de l’appartement, le visiteur se retrouve nez à nez avec une petite toile de Charlotte Beaudry dont les deux trous du masque à l’envers qui vous fixent font écho aux deux assholes (non, ce ne sont pas des fleurs, le titre est explicite) exposés dans le salon. Accroché à la porte de la pièce, un fantôme constitué d’un jeans renversé, de l’artiste colombien Juan Pablo Plazas, se charge de l’accueil. Pas de salon sans télé : l’écran posé contre un des murs héberge De Pot (The bucket), une vidéo du duo Jos de Gruyter et Harald Thys qui a actuellement l’honneur d’une exposition au MoMA de New York. On y voit un couple s’atteler mollement à la remise en peinture d’une pièce en alternant coups de pinceau et questions sur la permanence de leur amour avant d’être interrompus par des saynètes saccadées et à la violence latente où deux hommes-oiseaux s’invitent dans leur intérieur. Aux fenêtres donnant sur le décor verdoyant du parc Duden, l’Américain Peter Downsbrough a installé quelques courts mots qui font transition entre l’intérieur et l’extérieur. Sur l’appui de fenêtre, une casserole de moules (Marcel Broodthaers, es-tu là ?) confère une résonance métallique à la blague qui est racontée dedans et aux rires que celle-ci suscite. 
(© Marc Wathieu)

De tout cela se dégage une ambiance décontractée où l’art, libéré de la pompe des musées et des enjeux économiques des galeries, séduit sans se prendre au sérieux.

ALGH •••
30/5, 16 > 19.00 & > 13/6, sur rendez-vous, 105 Besme, www.105besme.be
Finissage avec performances : 14/6, 16 > 19.00

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

--- OPROEP. Reageer jij soms op online nieuwsartikels of wil je het wel eens proberen? Doe mee aan het RHETORIC-onderzoek en maak kans op een waardebon. Meer info en inschrijven

 

Lees meer over
Lees ook
BRUZZ Magazine
deze week
  • Marc Noppen (UZ Brussel): 'Zorgpersoneel vraagt niet alleen beter loon.'
  • Minister Dalle: 'Ik heb op tafel geklopt voor Brussel'
  • Big City: wat is het verhaal achter het gebouw van Parking Panorama?
  • Hier vind je BRUZZ in de stad
  • Archief
deze week
  • Lefto: 'Zonder de Vlamingen zou onze stad toch anders zijn'
  • Movie lovers unite! Our film reviews are back
  • London poet Jay Bernard, now in residency at Passa Porta
  • BRUZZ in the city
  • Archief
Neem een abonnement