review

'Art brut epique d'Iran': carnets d’un conteur persan

© Delgosha Gallery
Onze score

Dessinateur autodidacte, l’Iranien fait revivre dans de vibrants dessins aux feutres de couleur, les personnages des contes et poèmes épiques de l’imaginaire perse qu’il racontait quand il était enfant. 

1665 Rostam contre le demon Akvan 2018
© Delgosha Gallery

Dans le Livre des Rois, écrit par le poète persan Ferdowsi au Xe siècle, il est raconté comment Rostam, son héros mythique, saisi pendant son sommeil par le démon Akvan, parvient à le tromper et à le tuer. Voilà le genre d’histoires qu’un vieil homme de 78 ans dessine compulsivement aux marqueurs de couleur dans ses carnets.

Zabihullah Mohammady est venu au dessin sur le tard, et sans professeur, après une bonne partie de sa vie passée à charger et décharger les bateaux sur les quais du port iranien de Mahshahr. Les récits qu’il illustre sont ceux qu’enfant, son père lui faisait apprendre par cœur pour qu’il les raconte devant les habitants de son village dans la province du Lorestan.

Au départ support du récit, les dessins ont pris de plus en plus d’importance pour cet artiste autodidacte. Il en a fait une discipline quotidienne, remplissant des carnets et des carnets qui ont fini par intéresser une galerie de Téhéran spécialisée en art brut.

La plupart des gens qui visiteront l’exposition bruxelloise du dessinateur iranien ne connaissent pas les récits et les poèmes épiques qui ont inspiré son travail. Pour y remédier, la galerie a prévu sous chaque dessin, un court texte de mise en contexte. Rien ne nous empêche cependant d’admirer d’abord les dessins de Zabihullah pour leur finesse de détails et le sens de la composition.

1665 Shirin et Farhad, 2019
© Delgosha Gallery

Le dessin des personnages, guerriers, notables, belles dames et démons rappellent les miniatures persanes et surtout les fresques martiales et festives qui ornaient les murs des cafés populaires iraniens. Devant sa feuille, Zabihullah est le roi, il s’affranchit totalement de la perspective pour organiser l’espace comme il l’entend, superposant dans le même cadre plusieurs péripéties comme il les raconterait.

Les fins traits de couleur qui s’alignent et se répètent en chevrons ne sont pas sans rappeler les techniques du tissage qu’utilisait sa mère pour tisser des tapis dans la maison familiale. Si l’artiste reste fidèle à ses carnets à spirale, il lui arrive aussi de passer à des feuilles de papier noir où son trait blanc fait merveille et où le plumage des oiseaux mythologiques semble se mirer dans l’écorce des arbres et dans la riche étoffe des vêtements. Place au Roi des conteurs, jamais à court de feutres.

ART BRUT EPIQUE D’IRAN: ZABIHULLAH MOHAMMADY 8 & 9/6, 14 > 18.00; > 7/7 sur rendez-vous, Art Base

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?