review

Resto Le Pesage: le juste poids

© Saskia Vanderstichele
| Le Pesage se découvre comme la toute dernière sensation food du moment.
Onze score

Situé dans l’ancien Hippodrome de Boitsfort, Le Pesage se découvre comme la toute dernière sensation food du moment. À fréquenter d’urgence.

Était-ce ce que l’on appelle un moment de grâce ? Il est possible de le croire car c’est à la faveur d’une soirée sans le moindre accroc que l’on a découvert Le Pesage. Logé dans un bâtiment inouï qui fait se télescoper architecture 1900 et annexe moderniste, ce restaurant déploie des lignes extérieures remarquables.

Interieur remarquable

Comme si cette déflagration visuelle ne suffisait pas, c’est l’architecte d’intérieur Lionel Jadot, dont on connaît le style pas banal, qui s’est chargé du décor. Impossible de rester de marbre devant ce qui s’apparente à un poème esthétique aux contours bruts. Les uns détesteront et les autres adoreront. Comptez-nous dans la deuxième catégorie.

On a été soufflé par les audaces stylistiques - vaste luminaire en forme d’installation, excroissance organique de plâtre accolée au mur qui rythme l’ensemble… - et les détails bien sentis - le sol panachant béton et chutes de marbre, les abat-jours évoquant les tenues des jockeys qui étaient autrefois pesés en ce lieu.

Madrid à Bruxelles

On pourrait écrire plusieurs pages sur le sujet. Ce serait injuste pour la cuisine qui est à la hauteur de cette adresse pleine de panache. Inspiré par un concept madrilène, le lieu décline une approche d’assiettes à partager.

Structurée en ce sens, la carte se segmente en entrées, plats « sur la braise » (avec cuisson à basse température au préalable), sauces (gremolata, chimichurri…) et accompagnements. L’impression qui domine est celle d’une grande liberté de choix. Du coup, on a goûté à tout et… pas une seule fausse note.

Les temps forts ? Certainement les sardines proposées en rillettes servies à même la boîte de conserve (8€) et les champignons des bois accompagnés d’un œuf 63°c (12€) mais surtout le coquelet jaune mariné au paprika (15€) dont la chair est infusée au romarin. Sans oublier, un formidable poulpe (19€), cuit à la perfection et accompagné de pimentos de la Vera.

Les accompagnements sont tout aussi remarquables, en témoigne une mousseline (4€) qui panache carottes épicées, gingembre et dashi. Comble du bonheur, les vins sont originaux, à l’instar de ce sec et aromatique Riesling allemand (33€) venu du domaine Seehof.

Enchanté!

En grattant vraiment, on peut trouver deux-trois points faibles comme l’accès au restaurant - qui est un peu casse-gueule quand il fait noir - ou le timing fluctuant du service - adorable par ailleurs…

La vérité est que c’est vite oublié car ce Pesage est enchanteur.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?