review

'Robinet': une renaissance

© Saskia Vanderstichele
Onze score

À la place du regretté Angelina, Frédéric Nicolay ouvre un nouveau bar : Robinet. Pas de doute, le concepteur du Grand Central et du Bar Béton n’a pas perdu une goutte de son talent;

Depuis son premier restaurant place Flagey jusqu’au Kumiko dans la rue d’Alost, en passant par le Belga et le Flamingo, Frédéric Nicolay a marqué le Bruxelles qui se divertit de sa patte reconnaissable entre mille. Le risque ? Qu’à terme son style lasse. L’arrivée printanière de sa nouvelle enseigne rassure : l’homme n’a rien perdu de son acuité.

Au contraire, il ne cesse d’évoluer et regarde l’époque avec un discernement lui permettant de n’en retenir que le meilleur – on mesure une certaine envie de ne pas s’encombrer du superflu comme en témoigne le fait qu’il renoue avec le service au bar. À cet égard, Robinet, qui s’est ouvert à la place de feu Angelina, tient toutes ses promesses.

On n’avait d’ailleurs jamais compris comment cette cantine de la Porte de Hal avait pu disparaître… Doté d’une terrasse idéale pour les beaux jours ainsi que d’une monumentale porte de garage faisant respirer l’endroit, le lieu aurait dû s’imposer avec l’évidence d’un Bar du Matin. Peu importe, tournons la page et regardons cette nouvelle proposition que l’on a testée à l’heure, très révélatrice pour un bar, de l’apéritif.

Le décor ? Il est imparable. Tout l’agencement a été repensé. Un long bar de marbre épais structure le volume, tandis qu’une petite cuisine vitrée le parachève. Derrière le bar, des caisses en bois alignent bouteilles et préparations maison stockées dans des dames-jeannes. L’éclairage est super soigné. On aime aussi le beau parquet et le mobilier (tabourets devant le bar, tables en bois…). Une impression de justesse DIY se dégage de l’ensemble.

Le point culminant de cet esprit ? La trancheuse sur laquelle le pain (venu de la boulangerie La Boule) est découpé à intervalles réguliers. Cette vibration qui scande l’enseigne agit comme une madeleine de Proust. Autre coup de génie, la bonne idée d’avoir fait appel à Yannick Van Aeken (Humphrey, Oficina) pour une série de préparations homemade (salades de saison, frittatas, quiches, sandwichs, granola…).

On a pu en faire l’expérience à la faveur d’excellentes planches (10 et 8 euros) : une version charcuterie tranchée minute et une version végétarienne qui alignait de délicieux légumes vinaigrés. Bien vu également, des boissons non alcoolisées réalisées sur place – savoureux Robinet Cola (2,80 euros) à base de vanille et caramel, gingembre, zestes d’orange et coriandre. Impossible de la jouer sans alcool ? Bonne nouvelle, le très culte cocktail à base de gin, yuzu et saké (10 euros) n’a pas été oublié. Il figure à la carte sous le nom…d’Angelina.

ROBINET ma/lu/Mo > vr/ve/Fr 8 > 23.00, za/sa/Sa & zo/di/Su 10 > 23.00

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

Nieuws uit Brussel in je mailbox?