review

'Creed II': pas de grosse claque

Onze score

Il y a deux ans, le réalisateur Ryan Coogler ressuscitait Rocky Balboa, l’icône des années 1980. Sylvester Stallone y endossait le rôle d’entraîneur, mentor et père de substitution.

Sur le ring, il a été remplacé par Adonis Creed, le fils d’Apollo Creed, battu à mort dans Rocky IV par le monstre soviétique Ivan Drago. Une suite était inévitable. Malheureusement, ce n’est qu’une pâle copie de Rocky IV, qui est destinée aux nostalgiques plutôt qu’aux jeunes en quête de héros. Pas de grosse claque.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?