Le Nova montre le cinéma de Shohei Imamura

Le cinéma de Shohei Imamura montre un Japon impertinent et mystique, grossier et raffiné. Ses films ancrés dans le documentaire et dans la vie des sans-grade s’éloignent du réalisme par leurs pulsions baroques et charnelles.

Le Cinéma Nova montre trois de ses films majeurs dans une version restaurée. La Femme insecte est une chronique brute d’une paysanne dans le Japon en pleine modernisation. Le Pornographe est le portrait d’un homme sans morale dans un monde régi par l’argent et les pulsions. Profonds désirs des Dieux est une farce ethnographique burlesque sur une petite île du Sud.

SHOHEI IMAMURA > 2/3, Cinéma Nova

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

Nieuws uit Brussel in je mailbox?