review

'Pajaros de Verano': rendue de façon très cinématographique

Onze score

Comment décrire ce film ? Pensez à un documentaire ethnographique avec une orientation animiste, pensez à Narcos sans le sensationnel, le glamour et le point de vue américain, pensez à l’ascension et à la chute de Scarface, à la vie de famille des Soprano, aux fêtes familiales du Parrain et aux incroyables histoires de Cent ans de Solitude du brillant écrivain colombien Gabriel García Márquez.

Ses compatriotes, Ciro Guerra et Cristina Gallego, le duo à qui l’on doit L’Étreinte du serpent, mettent en scène des Wayuu, un peuple autochtone de La Guajira, un coin retiré de la Colombie. à la fin des années soixante, afin de pouvoir payer la forte dot demandée par la matriarche Úrsula pour sa fille Zaida, Rapayet ne trouve rien de mieux que de vendre de la marijuana au Corps de la paix américain.

Ce trafic de drogue, qui connaît une croissance rapide, est lucratif, mais il s’accompagne d’une violence et de malheurs de la pire espèce. Les Wayuu n’y sont pas habitués. La bonne nouvelle: dans le respect de l’authenticité, cette tragique histoire de la perte de l’innocence est rendue de façon très cinématographique.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees meer over

Nieuws uit Brussel in je mailbox?