review

'Temblores': la dureté de la réalité dépeinte

Onze score

Jayro Bustamante a mis le Guatemala sur le devant de la scène cinématographique avec l’impressionnant Ixcanul. Dans son nouveau film, Temblores, un homme riche dans la fleur de l’âge s’oppose de façon tragique à son entourage et à la société.

Suscitant la colère de sa femme et du reste de la famille, Pablo avoue être amoureux d’un homme. Il perd son emploi, il est séparé de ses enfants et il se laisse convaincre de participer à des séances de thérapie organisées par son église pour guérir les homosexuels. Le film laisse un sentiment désagréable. Est-ce dû à la dureté de la réalité dépeinte ou à la sombre conclusion ? On ne sait pas.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

Nieuws uit Brussel in je mailbox?