Tout le monde danse sur les tubes de Aya Nakamura

Même si personne ne capte la signification des paroles (« En Catchana baby tu dead ça »), tout le monde danse sur Djadja, tube signé Aya Nakamura.

Née à Bamako, éduquée à Aulnay-sous-Bois, la chanteuse se révèle, dès 2017, avec son Journal intime, un premier album certifié disque d’or. Fin 2018, elle gravait son nom sur la pochette d’un deuxième essai. Championne du stream, l’artiste conjugue variété et afrotrap dans des rythmes coupés-décalés.

Entre argot, anglicismes, obscénités joyeusement parfumées et expressions africaines, Aya Nakamura transcende les codes d’une langue française réinventée dans la rue et ailleurs.

Aya Nakamura 16/4, 20.00, La Madeleine

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?