review

'C’est Si Bon': Lèche vitrine

© Saskia Vanderstichele
Onze score

La journée vient de commencer mais l’animation va déjà bon train. Le long du canal à Molenbeek-Saint-Jean, en face du Petit Château, la circulation ne semble guère prêter attention à la nouvelle enseigne C’est Si Bon, une boulangerie chaleureuse.

Rien de neuf sous le soleil, pensez-vous. Mais la vitrine de quinze mètres de long attire le passant comme un aimant. On peut y voir les pâtissiers à l’œuvre, pétrissant le pain et discutant, les grands fours, les pains fumants et les croissants dorés.

À l’intérieur, une file de clients discute avec le boulanger et se délecte d’un peu de gâteau aux raisins. Le service est sans doute plus lent que dans une simple boulangerie, on vous l’accorde. Il y a cinq ans, l’exploitant Christian Celej s’est donné pour mission de fabriquer le meilleur pain du monde et ça lui réussit plutôt bien.

La première succursale à Anderlecht est devenue trop étroite, ce qui a valu à l’atelier de déménager dans un bâtiment plus spacieux à Molenbeek, même si on vend encore du pain à Anderlecht. C’est Si Bon n’est pas le rendez-vous des vendeurs branchés, des recettes créatives et des prix exorbitants. L’adresse, sans fioritures, fait primer la simplicité: un artisan boulanger à l’ancienne. Et les clients apprécient.

Celej n’est pas seulement inspiré par le pain français, son esprit est aussi tourné vers l’Allemagne. Les pains multigrains font fureur. Il paraît que la file d’impatients est longue à Anderlecht pour la première fournée de croissants. À Molenbeek, le calme règne encore mais cela risque bien de changer. On attend du monde à la boulangerie, ne serait-ce que pour épier les artisans au travail.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?