review

'Sake Bar Brussels': le goût du saké

© Saskia Vanderstichele
Onze score

Dans le quartier européen, le récent Sake Bar Brussels lève le voile sur les mystères et les délices qui entourent le fameux alcool japonais. Authentique et pertinente, cette adresse fait mouche.

Vous avez bu du saké et vous n’avez pas aimé ça… C’est normal. Plus que probablement, on vous a servi un saké chinois, soit un breuvage, issu d’une distillation, à la fois puissant et avare en nuances. Ce serait dommage de rester sur cette fausse impression. Car le saké qui vaut vraiment le détour est japonais.

Il s’agit en réalité d’une boisson fermentée, comme le cidre, le vin ou la bière, qui est brassée à partir du riz. Sa teneur en alcool ? Elle oscille autour des 15%. Le saké venu du Japon est un produit véritablement passionnant qui décline un spectre organoleptique aussi complexe que le jus de la treille. Junmai, ginjo, honjozo, daiginjo… pour le néophyte, il n’est pas évident de s’y retrouver. Raison pour laquelle il est crucial de bénéficier d’une initiation en bonne et due forme.

En la matière, le Sake Bar Brussels nous a absolument convaincu. Le pitch ? Il est à chercher du côté de l’izakaya contemporain, soit un endroit centré sur la boisson, un bar, dans lequel une série de petites préparations, des sortes de tapas, permettent également de se restaurer, voire de ciseler de véritables pairings.

Si l’on ne vient pas à la faveur d’une session d’initiation (chaque troisième mardi du mois pour un prix de 50 euros par personne avec un maximum de 8 participants), le lieu a concocté une intéressante carte qui permet de choisir l’alcool de riz selon une échelle organisée en « points cardinaux » gustatifs : corsé, léger, fruité, maturé, complexe, frais. Le prix du verre varie globalement entre 6 et 9€.

La découverte des mystères du saké n’est pas la seule raison de se rendre au Sake Bar Brussels. L’adresse propose également un lunch à 15 euros (13€ à emporter) qui est assez remarquable. Lors de notre visite, on a eu droit à une belle assiette alléchante comme un jardin japonais. Au programme, un maquereau recouvert de panko, la chapelure nipponne, servi avec des racines de lotus, de l’excellent riz parsemé de shiso, de concombre lacto-fermenté (au délicieux goût de vinaigre), d’algues et de légumes variés (patate douce, brocoli, salade). Bref, un délice.

Un dernier mot sur le décor anguleux, certes un peu froid mais habillé avec goût, qui décline aplats de couleurs, tables de chantier et cloisons de papier de riz suspendues. On dira que cette relative froideur est amplement compensée par la gentillesse de la propriétaire qui ne se ménage pas pour que vous passiez le meilleur moment possible.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?