review

'Patatak': la frite contre-attaque

© Saskia Vanderstichele
Onze score

À l’heure où la pomme de terre en bâtonnet suscite toutes les convoitises, Patatak défend une version locale et DIY du genre. Coup de cœur.

Bourré de bonnes idées, Patatak se découvre comme un fritkot d’un nouveau genre installé sur le Parvis de Saint-Gilles. La formule est terriblement attachante: on sent qu’il y a quelqu’un derrière le comptoir qui a mis tout son cœur.

On y débarque un mardi soir. Un coup d’œil permet d’apprécier un endroit tout en longueur qui s’ouvre avec un beau comptoir en bois. Des luminaires en forme de boules éclairent une table d’hôtes autour de laquelle sont disposés des tabourets noirs. Le détail qui tue: de grosses salières sont en accès libre.

La commande s’effectue à l’entrée, ce qui ne manque pas de charme. Une petite quinzaine de minutes d’attente s’écoule avant que votre prénom soit crié à travers la salle. C’est un plateau bien chargé que l’on ramène. Il témoigne de pas mal de savoir-faire et surtout d’une créativité décomplexée.

Commençons par les frites, de la Bintje coupée sur place. Bien vu, elles sont disponibles en deux formats tarifés respectivement 3 et 5 euros. On aime le choix qui est laissé entre la version traditionnelle, c’est-à-dire « cuisson à la graisse de bœuf », et la version végane, soit des patates douces (4 ou 6 euros) passées à l’huile végétale. Côté pommes de terre, on apprécie la provenance, à savoir Genappe, à 50km de Bruxelles.

En bouche ? Bingo ! Dans les deux versions, c’est délicieux, croustillant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur. Seul reproche: les bâtonnets sont courts, on les aurait préférés un peu plus long. No big deal d’autant plus que les sauces sont aussi bonnes qu’originales, à l’instar de celle de la « maison », à base de bouillon dashi (1 euro). On a également testé une série de snacks maison, comme les nuggets (5 euros) qui sont redoutables. Panées avec de bonnes céréales, fourrées avec un poulet ayant de la mâche et présentées avec un quartier de citron, ces portions font mouche.

Il y a également les croquettes au fromage de Herve (4 euros), proposées avec du sirop de Liège et des petites graines de cumin, qui fondent en bouche. À cela, il faut ajouter de trop bons raviers de cornichons (3 euros), un temps fort au carvi et aux graines de moutarde, mais aussi de petites compotes (4 euros) avec du céleri, des graines de courge et du chicon. La possibilité de boire une bière pression (Redor à 2,20 euros) et un délicieux sirop de menthe fait maison achèvent de faire de cette adresse une enseigne sortant du lot. On y reviendra souvent.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws en cultuur uit Brussel in je mailbox?