Dans l'antre d'artistes : Maren Dubnick


Allemande arrivée à Bruxelles pour ses études, Maren Dubnick a choisi se donner le temps et de le rendre palpable dans ses sculptures et ses installations. Cantonnée longtemps à l’intérieur, elle concrétise aujourd’hui son ambition: investir l’espace public.
Enrouler du fil. Le geste est simple et existe dans la nature. Plusieurs insectes l’effectuent pour fabriquer le cocon qui abritera leur mue. Chez les humains, le filage est plutôt un geste réservé à la femme. On pense au fuseau de la Belle au bois dormant ou aux trois Parques, divinités antiques du Destin... Mais ce n’est pas ce côté féminin qui intéresse Maren Dubnick dans son travail patient sur le fil. « Après mes études à La Cambre, j’avais besoin de retrait, de recul pour pouvoir réfléchir et développer quelque chose dans la lenteur. L’enroulement du fil, c’est un geste obsessionnel, répétitif, presque une forme de méditation qui me ramène dans un état d’esprit au-delà du temps. Le résultat est une trace de ce processus ». 

Dès le début, Maren Dubnick soumet à ses « épaississements » des éléments très divers mais présentant une certaine parenté au niveau de la forme : une colonne trônant au milieu de son atelier de l’époque, une épingle de nourrice, des aiguilles (à la base, elle a une formation de couturière)... Sous ses doigts, ainsi amplifiés et dès lors inutilisables, crochets, clubs de golf et baguettes asiatiques deviennent sculptures. « C’est aussi une manière de s’approprier un objet et de nier sa fonction. Ça devient quelque chose qui m’appartient ».

Mais Maren Dubnick ne veut pas se limiter à l’intérieur. À l’étroit entre quatre murs, elle rêve d’intervenir dans le paysage et d’épaissir ces éléments verticaux isolés typiques de certaines contrées - dont celle de ses grands-parents, le bassin de la Rurh : les cheminées d’usine. Un élément typiquement phallique, dont la hauteur était symboliquement proportionnelle à la puissance du patron, mais pour elle, la question n’est pas là. « Je m’intéresse à la désindustrialisation et à la réhabilitation des friches. Avec mon travail, j’interviens justement à ce moment de transition, avec l’idée de créer une sorte de pont entre le passé et le futur ». 
Ces cheminées, elle les a déjà transformées sur papier, en dessinant sur des photographies ou des cartes postales anciennes. Elle réalise aussi des photomontages, à l’aide de clichés de maquettes composées d’élastiques multicolores ou de couvercles métalliques de conserves, qui trônent au-dessus de la bibliothèque de son atelier à Schaerbeek. Mais en chemin du rêve à la réalité, il a bien fallu admettre que les cheminées ne se laissaient pas facilement enfermer dans des cocons. « Jusqu’à présent, je n’ai réalisé aucun projet sur une cheminée. C’est un peu énervant d’ailleurs que les gens croient en voyant les montages photo que c’est vrai alors que toi, tu ne sais pas comment y arriver... » 


Opiniâtre, Maren Dubnick vient pourtant d’investir l’espace public. Pas en enroulant, mais - petite concession - en empilant. L’idée lui est venue d’un jouet (la pyramide d’anneaux arc-en-ciel d’une marque célèbre), peut-être manipulé par les bambins de la crèche qui fait face à son installation : trois lampadaires situés aux abords de l’Atelier 340 Muzeum à Jette, parés sur leur hauteur d’anneaux multicolores en plastique. « Les anneaux sont empilés, mais visuellement, on retrouve la linéarité. Ici, c’est moins obsessionnel dans la finition, c’est plus spontané, plus ludique. L’espace public demande ça. C’est comme une attaque qu’on doit mener. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est une guerre, mais ce n’est pas du tout le même rapport de force qu’avec un petit objet ». 
Si pour ses enroulements elle opte pour de la simple corde d’emballage ou du fil élastique employé dans l’industrie textile, Maren Dubnick a utilisé ici des tuyaux de drainage en polyéthylène, ceux que l’on voit surgir des entrailles de Bruxelles au cours des innombrables phases de travaux, que l’on dévide de bobines démesurées, comme des rouets de géants. « Ils ont ouvert récemment toute la place Simonis et il y avait des câbles partout, de toutes les couleurs. C’était magnifique ! Bruxelles et ses chantiers éternels sont une source d’inspiration pour moi ». 
Si ses empilements jettois résistent bien au soleil et aux intempéries, Maren Dubnick projette sérieusement de franchir prochainement le pas et d’intervenir pour de vrai sur une cheminée de la commune, vestige d’une siroperie. Son rêve est à portée de main. Comme quoi, l’entêtement, ça paie !  

Commune: Schaerbeek
À voir actuellement à Bruxelles> 2/3/2014, Maren Dubnick: Empilement, Atelier 340 Muzeum, www.atelier340muzeum.be ; > 19/12, Prix Louis Schmidt 2013, ULB, Salle Allende (Campus du Solbosch), www.prix-louis-schmidt.be
Info: cargocollective.com/Marendubnick

Photos © Saskia Vanderstichele 

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Lees meer over
BRUZZ Magazine
deze week
  • Bruidsjurken blijven aan de haak
  • Sans-papiers staan weer op politieke agenda
  • Red Flame en RSCA-spits Tessa Wullaert laat zich door niemand de les spellen
  • Dossier rond 5G wordt testcase voor verregaande burgerparticipatie
  • Hier vind je BRUZZ in de stad
  • Archief
deze week
  • Brussels saxofonist Toine Thys verkent wereld met oedspeler Ihab Radwan
  • Black History Month: 'L'Afrique fait partie de mon histoire'
  • Denis Kozhukhin (Flagey Piano Days): 'I am still very proud of my Belgian passport'
  • Live Ateliers Claus: Liveplaten die snijden, hakken en schuren
  • BRUZZ in the city
  • Archief
Neem een abonnement