Damso et Kinshasa partagent leur énergie dans un documentaire

Le réalisateur de clips hip-hop Robin Conrad a écrit un poème audiovisuel de 25 minutes sur la visite de Damso à Kinshasa, sa ville natale. Kin, Tout Est Vie montre comment le rappeur bruxello-congolais inspire de la fierté à son pays d'origine et vice versa.

Pour Tarmac, il a présenté le mag' urbain Flag, entièrement dédié à la scène hip-hop. Sur Tipik, il sélectionne les meilleurs disques de rap, de soul et de R&B dans le cadre de son podcast hebdomadaire du dimanche soir. Sur ces deux plateformes numériques de la RTBF, vous pourrez également voir son film documentaire sur le voyage de Damso à Kinshasa.

"Tarmac et Union Call m'ont contacté un mois seulement avant son départ", dit Conrad. "C'était en dernière minute. Mais ce qui devait être initialement un reportage sur la sortie de QALF est rapidement devenu un projet beaucoup plus ambitieux. Damso voulait contrebalancer les images parfois misérabilistes du Congo véhiculées dans nos médias."

Robin Conrad est plus connu sous le nom de Loxley, l'un des MCs du trio de rap bruxellois L'Or du Commun. Mais ces dernières années, le monde du hip-hop s'est révélé un terreau fertile pour développer aussi ses talents de réalisateur. En plus de réaliser des clips pour Isha et Roméo Elvis, il a signé des documentaires plus longs.

1739 Damso2 docu
« Ce qui devait être un reportage sur la sortie de QALF est rapidement devenu un projet beaucoup plus ambitieux. Damso voulait contrebalancer les images parfois misérabilistes du Congo véhiculées dans nos médias », dit le réalisateur Robin Conrad.

Conrad voit le film documentaire comme un poème audiovisuel adressé à la terre natale que William Kalubi a dû quitter en fuyant la guerre à l'âge de neuf ans. "Bien sûr, il était déjà revenu dans la ville qui compte maintenant plus de 14 millions d'habitants, mais cette fois-ci, il voulait lancer son nouvel album sur place. Non seulement au Congo avec une énorme campagne publicitaire, mais aussi dans d'autres villes africaines. Par sa présence, Damso voulait aussi donner un coup de pouce à l'industrie musicale locale, car elle n'est pas aussi développée partout - Au Congo, il n'y a pas assez d'accès à Spotify, par exemple."

Le rappeur essaie ainsi de déplacer l'attention portée à sa propre carrière vers son continent, qui explose aussi musicalement. C'est le chanteur congolais populaire Innoss'B qui exprime le mieux dans le documentaire le fait que l'Afrique soit "the next big thing". "Il y a des talents ici qu'on ne sait même pas expliquer, surtout dans la musique." Damso joue, selon lui, un rôle de pionnier en la matière : "Le rôle qu'il joue, c'est montrer à ces jeunes-là ce qui est possible. C'est l'exemple à suivre."

PAS D'ESPOIR NAÏF
Au cours de ce voyage de six jours, Conrad a été très impressionné par l'énergie qui émanait de la ville elle-même. "J'ai vu beaucoup d'espoir, mais ce n'était pas un espoir naïf. La bonhomie et la bienveillance de la population sont très encourageantes." Ou comme le dit le comédien Roch Bodo Bokabela : "Même les chômeurs sourient. Ils ont tous des grands projets."

1739 Damso3 docu
Sur les plateformes Tarmac et Tipik, Robin Conrad consacre un documentaire au retour de Damso à Kinshasa.

En plus de nombreux témoignages, la visite d'une réserve naturelle apporte plus de texture et un mini-chapitre sur la biodiversité. "Je voulais offrir un message plus global, plus poétique", dit Conrad. Ce n'est pas pour rien que Damso dit, au début de son voyage, qu'il n'a pas envie de parler de la guerre. Il l'a déjà fait suffisamment. "Mais ces guerres sont souvent liées aux richesses naturelles du pays. J'ai pensé qu'il était important de montrer brièvement cette partie de l'identité du pays."

INTROSPECTION
C'est dans les moments les plus introspectifs que le documentaire touche le plus. On voit par exemple Damso s'émouvoir dans le quartier de Kasongo où il a grandi. "La visite l'a manifestement bouleversé", dit Conrad. "Il a été immédiatement reconnu par quelques voisins et une foule importante s'est rassemblée autour de lui. À ce moment, on peut sentir qu'il est touché. Ces moments de reconnexion sont souvent importants dans le parcours de vie d'un émigré. Dans un sens, tout le voyage a probablement été rempli de moments qui ont mis en évidence le cœur de son existence."

"Ce voyage a surtout changé ma perception de la façon dont les gens parlent du racisme ici. Le peuple congolais est oublié et souffre, entre autres, d'un système industriel mondialisé. Et malheureusement, j'en conclus qu'il est plus simple de lutter contre une idée raciste que de se soustraire à un système qui repose sur cette idéologie." Pendant le tournage, le respect que porte Conrad à la star du hip-hop n'a fait que croître. "Au début de sa carrière, Damso avait beaucoup de rêves, aujourd'hui réalisés... Dorénavant, il semble vouloir se concentrer sur ce qui est plus essentiel", dit-il.

"Je suis né à Kinshasa. J'ai grandi. Je suis devenu un être humain fier d'être un être humain. C'est juste l'album d'un être humain", conclut le rappeur à la fin du documentaire.

KIN, TOUT EST VIE
5/2, 20.00, Tarmac (YouTube, Instagram & Facebook) & 9/2, 21.30, Tipik, www.rtbf.be

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Lees meer over
Meer nieuws uit Brussel
Vooraan op BRUZZ

Bruxelles dans votre boîte mail?