Le festival 'Regard sur le travail' est de retour

Ça c’est ce qui s’appelle une éthique de travail: c’est la vingtième fois que le festival Regards sur le Travail propose une série de docus sur la question.

L’édition anniversaire nous fait cadeau d’une masterclass de Sophie Bruneau, la réalisatrice derrière le documentaire intriguant Rêver sous le capitalisme. Le festival a d’autres surprises en stock comme le très beau documentaire de Leonor Teles Terra Franca sur un pêcheur portugais.

En guise d’ouverture, le festival a attrapé un gros poisson. Nicolas Philibert, un des piliers du documentaire français, s’est fait connaître du grand public avec Être et Avoir (2002), un film mémorable sur une petite école dans un village de montagne français. Dans De Chaque Instant (sortie en salles 5/12), il suit, sans intervenir, préférant laisser tourner sa caméra, des jeunes gens, principalement des femmes, suivant des études d’infirmerie. Comment on fait une piqûre? Comment asseoir un paralytique dans sa chaise roulante? Que dit le code déontologique? On apprend avec eux.

Dans la seconde moitié, ça se corse. Philibert montre comment la théorie, l’enthousiasme et l’engagement se heurtent pendant les stages aux attributs inévitables du métier comme la mort, et aux problèmes évitables comme le manque d’effectifs. Un film plein de savoir-faire sur le savoir-faire.

REGARD SUR LE TRAVAIL 2 > 7/10, Cinema Aventure & Cinema Palace

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Meer nieuws uit Brussel

Bruxelles dans votre boîte mail?