review

Review: La Quietud

Onze score
  • AR, dir.: Pablo Trapero, act.: Martina Gusman, Bérénice Bejo, Graciela Borges

L’Argentin Pablo Trapero est un abonné des grands festivals de cinéma, avec des films tels que Leonera et Elefante Blanco. Même si son film de gangsters El Clan a remporté un prix à Venise, Trapero ne parvient pas à attirer le regard du grand public belge.

Le film La Quietud devrait changer cela. Il renferme plus de drame qu’une année complète de votre feuilleton préféré, à la différence près que la mise en scène est magnifique, que les acteurs ont du talent et que le film compte plusieurs scènes érotiques. Même s’il est vrai que l’explosion de mensonges, de secrets de famille mal dissimulés, de trahisons, d’adultère, d’inceste, d’accidents de voiture, de grossesses douteuses tend à la caricature au sein de cette famille argentine richissime composée d’un père mourant et d’une matriarche aux caprices de diva.

Le dénouement ressemble quant à lui fortement à une lecture politique. Nous retiendrons que Martina Gusmán, la muse de Trapero, et l’actrice française Bérénice Bejo peuvent sans problème se substituer l’une à l’autre. Nous présumons qu’il s’agit d’un pari de café de Trapero, qui ose encore faire des gros plans sur de magnifiques jambes de femmes toutes les cinq minutes.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?