interview

‘Croire que les festivals d’été n’attirent que des jeunes est une idée erronée’

© Bjorn Comhaire
| Walden, petit frère estival du KlaraFestival, met la musique classique à l’honneur avec pour cadre, entre autres, le parc Léopold.

Deux ans et deux mois. C'est le temps que l'écrivain américain Henry David Thoreau a passé dans sa cabane au bord de l'étang de Walden, dans le Massachusetts, "dans les bois, à un mile de mon voisin le plus proche". Le Walden Festival se limite à deux jours dans un cadre moins isolé, en plein quartier européen. Entouré de voisins. Bien que blotti dans le plus beau poumon vert de la capitale : le parc Léopold.

Walden n'a vu le jour que l'année dernière, en 2021. Une première édition a pu avoir lieu en pleine crise Covid, mais avec des masques et des règles de distanciation. Pas tout à fait l'expérience que le festival visait. Car c'est ce que Walden veut être : un festival d'été où la musique classique occupe une place centrale, mais qui ose proposer une vaste programmation avec des excursions vers les musiques traditionnelles non occidentales, le jazz et les créations contemporaines. Walden est organisé sous les auspices du Festival de Flandre Bruxelles, et c'est donc le petit frère estival du KlaraFestival, le festival de musique tout aussi singulier qui enchante la capitale en mars. "Il manquait un festival où l'on peut aborder la musique classique de manière plus détendue", déclare le directeur Joost Fonteyne. "Notre expérience avec le KlaraFestival nous a appris que le public est parfois rebuté par les concerts qui se déroulent dans des salles au tissu rouge. Qu'il y a des gens qui recherchent un cadre informel pour écouter cette musique. Nous voulons répondre à ce besoin avec Walden. L'idée est de venir écouter de la musique classique avec la même décontraction que dans un festival pop."

Walden s'inspire de deux exemples étrangers, néerlandais : Wonderfeel et Oranjewoud. Deux recettes à succès qui prouvent que le public apprécie effectivement lorsque le répertoire classique sort de la sérénité de la salle de concert. Wonderfeel a affiché complet lors de sa dernière édition en 2021 ; Oranjewoud a battu son record le mois dernier avec plus de 10 000 visiteurs. Tous deux ont fait de la musique classique une sauce facile à digérer : les programmes sont délibérément courts, on alterne les genres, sous un soleil d'été radieux, on ose s'abandonner à Bach et Beethoven – ou dans le cas de Walden à Grieg et Mozart.

walden_18juli2021_bjorncomhaire_145_van_175.jpg
© Bjorn Comhaire
walden_18juli2021_bjorncomhaire_107_van_175.jpg
© Bjorn Comhaire

À QUI WALDEN EST DESTINÉ ?
Cette formule sert de modèle à Bruxelles. Pourtant, pour le directeur, cela ne signifie pas que Walden veut populariser ou vulgariser la musique classique. "Il s'agit de pouvoir présenter ce répertoire dans un contexte estival et dans le respect de cette musique. Car malgré la convivialité d'un tel festival, l'intention est de présenter chaque concert dans les meilleures conditions possibles. Cela ne peut être qu'un enrichissement."

Un enrichissement qui peut aussi apporter un sursaut bienvenu dans le monde classique. Car pour les salles de concert qui ont de plus en plus de mal à enthousiasmer le public, dix mille spectateurs, c'est très tentant. Toutefois, selon Fonteyne, le but du Walden n'est pas de renouveler le public à tout prix. "Attirons-nous un nouveau public avec ce festival ? C'est tout à fait possible. Mais nous ne sommes pas un festival de découverte de la musique classique à proprement parler. Nous nous adressons principalement aux auditeurs audacieux. Des personnes qui aiment sortir de leur zone de confort. Je suis convaincu qu'il y a de la musique classique dans les listes Spotify de nombreuses personnes, mais qu'elles la mélangent avec d'autres genres sans aucun problème. Nous intéressons un public qui navigue sans effort entre classique, jazz, contemporain et non-occidental. C'est le genre de mélomanes que nous recherchons."

walden_18juli2021_bjorncomhaire_166_van_175.jpg

"Cette classification n'a plus autant d'importance. Regardez la musique classique contemporaine : les influences de la musique pop et rock sont bien présentes. Il y a à l'affiche du festival Wanthanee, qui est très proche de la culture des auteurs-compositeurs-interprètes mais emprunte aussi aux instruments classiques. C'est très intéressant de voir comment tout cela interagit de plus en plus. Et en incluant de tels noms dans votre programme, vous touchez un public plus jeune."

Mais ils ne sont pas nécessairement le premier public cible de Walden. Selon Fonteyne, le festival vise un mélange équilibré de visiteurs. "Quand je regarde les photos de Rock Werchter, ma propre génération, de fringants cinquantenaires, semble être bien représentée là aussi (Rires). Je pense que croire que les festivals d'été n'attirent que des jeunes est une idée erronée. Ce n'est plus le cas depuis un certain temps déjà. Ce n'est donc certainement pas l'ambition première de Walden non plus. Lors de notre première édition, j'ai surtout remarqué que notre public était hétérogène. Et je ne peux que m'en réjouir. Arriver à atteindre la diversité et la réalité urbaine de Bruxelles, c'est la chose la plus importante pour moi."

LES DILEMMES DE LA PROGRAMMATION
Comme tout festival qui se respecte, Walden propose deux jours de musique sur plusieurs scènes. "Il est important pour nous que les spectateurs se frayent leur propre chemin. Qu'ils puissent goûter à une variété de concerts. Il est très important - surtout pour la musique classique - de bien réfléchir à qui vous programmez et où. Il y a une scène principale dans le jardin du Muséum des sciences naturelles, où nous plaçons les artistes qui vont pouvoir s'épanouir dans ce lieu extérieur. Les projets plus délicats s'intègrent logiquement mieux dans un lieu à l'intérieur afin de bénéficier de l'attention qu'ils méritent. Où le lieu peut contribuer à l'histoire musicale. Cette interaction est très importante. L'Octuor pour violoncelle Amsterdam entouré des peintures de Wiertz, ce sera une expérience phénoménale. Ou le pianiste Daan Vandewalle dans la belle bibliothèque Solvay. Les bâtiments ne peuvent offrir qu'un 'plus'."

walden_18juli2021_bjorncomhaire_115_van_175.jpg
© Bjorn Comhaire
walden_18juli2021_bjorncomhaire_129_van_175.jpg
© Bjorn Comhaire

Cependant, tous ceux qui ont déjà mis les pieds dans un festival savent que les scènes multiples sont synonymes de choix difficiles et d'artistes manqués. Et jusqu'à nouvel ordre, même le directeur ne peut pas se cloner ou se couper en deux. À quoi ressemblera alors exactement son parcours ? "C'est bien sûr une question impossible... Le projet Tales from the Woods de l'orchestre à cordes Bryggen. Le trio Vloeimans-Florizoone-Brinkman qui joue les chansons jazz cinématographiques de leur disque Oliver's Cinema. Il y a tant de choses à découvrir.

Si je dois choisir, je suis vraiment impatient de voir ce que Manchester Collective va faire avec Steve Reich. À eux six, ils joueront le Double Sextuor, qui a en fait été écrit pour deux fois plus de musiciens, dans une esthétique de néons vacillants. Et vous me trouverez certainement sur la scène principale. D'une part pour le phénoménal maître de l'oud Rabih Abou-Khalil, qui, avec le violoniste Mateusz Smoczynski et le percussionniste Jarrod Cagwin, explore sans cesse les frontières entre la musique classique européenne, la musique artistique arabe et le jazz. D'autre part, pour le projet intriguant de Fabrizio Cassol. Il a fondé un orchestre de jeunes avec des musiciens de la région méditerranéenne. Avec la soprano Claron McFadden, ils racontent d'une façon tout à fait unique l'histoire de Pénélope, l'épouse d'Ulysse, qui attend pendant une décennie le retour de son mari."

Il est clair que ce festival nécessite autant de planification qu'un autre pour manquer le moins possible de rendez-vous musicaux incontournables. Alors plongez-vous dans le programme du festival dès maintenant, et n'oubliez pas ce que Thoreau disait de l'homme : "Laissons-le suivre la musique qu'il entend, quelle qu'en soit la cadence."

Meer nieuws uit Brussel

Bruxelles dans votre boîte mail?