review

La Fleurière: en attendant l'action

Le film est plus proche de En attendant Godot avec des jeunes Roms que de Ocean’s Eleven.
Onze score

Qu’est-ce qu’un homme s’il n’a pas de plan? Tomi, Rasto et Mižu veulent atteindre le coffre-fort de la Banque Nationale en creusant un tunnel depuis l’arrière-boutique du fleuriste La Fleurière. Le film est plus proche de En attendant Godot avec des jeunes Roms que de Ocean’s Eleven. 

La pluie incessante, le dur labeur et l’absence d’un meilleur plan forcent le trio à attendre. Et l’attente engendre des discussions. Sur l’argent qui arrange tous les problèmes, sur l’incendie ravageur dans le magasin à proximité de la place Rogier, sur les skinheads à Prague, sur le bruit soporifique de la pluie, sur le rejet qu’ils vivent où qu’ils aillent.

Il y a de la vie/du cinéma dans ce film qui allie décor minimaliste, presque abstrait (une pièce vide et un puits, une lucarne opaque, un égout), cadrage et montage soignés et réalité d’acteurs au plus près de leur personnage.

Le réalisateur Ruben Desiere sait s’y prendre et regorge de bonnes idées. Mais pour ce premier essai, il ne parvient pas à réaliser le grand film qu’il a en tête. 

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?