PODIUM: Casablanca m'a tuer

© DR-GR
| Ma ville m'a tuer

Grande figure de la scène contemporaine au Maroc, Asmaa Houri collabore pour sa nouvelle création avec le poète Abdallah Zrika. Le théâtre et la poésie se fondent dans un récit labyrinthique sur Casablanca la blanche, une ville en pleine mutation redessinée par la modernité pour l’éloigner de l’océan qui l’a fait naître. Une ville avec ses quartiers-personnages et ses places publiques où les gens se donnaient à la passion de raconter et parler. Mythiques ou ordinaires, les personnages qui la traversent se dressent contre ce déclin sournois, aiguisés par la critique sociale et la protestation pacifique.

> Ma ville m’a tuer. Bozar, Bruxelles. 10/2, 20.30. 

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees meer over

Nieuws uit Brussel in je mailbox?