Métiers d'hiver (1): peintre de vitrines

© LQ

Chaque commerçant désire être remarqué de manière originale pendant la période de fin d'année. Et ce sont souvent les anciens cafés et les boucheries qui choisissent encore toujours de peindre des grosses boules de Noël brillantes ou un gros Père Noël sur leur vitrine. Pendant chaque fin d'année, Jean Belli (47 ans) peint environ 100 vitrines, et cela depuis près de 20 ans.

Jean a commencé en tant qu'étudiant, et cela fait déjà plus de vingt ans qu'il exerce ce métier. "Au début, je le faisais pour avoir une rentrée d'argent supplémentaire. J'avais arrêté l'école et tout le monde disait ce que je devais faire ou ce que je ne pouvais pas faire. Je voulais faire quelque chose pour moi, j'ai peint la fenêtre de ma chambre, j'en ai pris une photo et je l'ai montrée au boulanger."

Et Jean continue à le faire pour arrondir ses fins de mois. Le reste de l'année, il est musicien et joue du tuba ou du trombone. "En réalité, c'est idéal: lorsque la saison des festivals est terminée, je recommence à peindre." La saison haute est bien sûr la fin d'année, car on peint beaucoup moins les vitrines à la Saint-Nicolas, la Saint-Valentin ou à Halloween.

Le nord de Bruxelles
De plus en plus de magasins optent pour des stickers plus modernes, mais Jean a le sentiment que la peinture en vitrine continue à avoir la cote à Bruxelles. "C'est surtout encore populaire au nord de Bruxelles. Je vais le plus souvent à Jette, Ganshoren et Molenbeek".

Ce n'est donc pas par hasard que nous le croisons à proximité du cimetière de Molenbeek. Il y a peint des feuilles d'automne, des grappes de raisins et des voeux de Nouvel An sur la vitrine du café Le Président. Et le garage de voitures à 50 mètres en a profité pour réserver Jean. "C'est souvent comme ça que ça marche. Ils me voient quand je suis en train de peindre, et l'année d'après ils me rappellent. J'ai un planning serré. Je commence dès novembre."

Et un planning est crucial, car Jean met parfois jusqu'à cinq heures pour terminer une vitrine. "Cela dépend de la taille de la vitrine, de ce que je dois peindre, et de la météo. Quand il pleut, il est parfois très difficile de réussir à peindre quelque chose."

Classique
Mais Jean n'a pas beaucoup de liberté artistique, car il y a peu d'espace pour l'innovation pendant la période de fin d'année. Les clients qui connaissent Jean depuis des années lui laissent carte blanche. Les nouveaux clients parcourent son book plein de photos de vitrines peintes. "Je ne peins jamais deux fois la même chose, je varie surtout au niveau du style. Certaines veulent un style cartoon, d'autres préfèrent quelque chose de simple. Mais on ne me demande jamais des choses extravagantes."

“Aujourd'hui, je peins quelque chose de sobre: quelques boules de Noël à hauteur des yeux et des voeux pour le Nouvel An sur la porte." Et Jean est attentif aux détails. "Pas de boules de Noël mauves à Molenbeek, car les fans du RWDM pourraient mal le prendre."

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.