review

Fripon : quelle claque !

© Saskia Vanderstichele
| Fripon propose une cuisine belge au scénario implacable: des produits de première qualité travaillés de manière à en faire ressortir toute la gourmandise.
Onze score

Après une ouverture à l'italienne, le restaurant de l'Hôtel du Berger se réinvente en "bistrot zinneke". Et nous met mat en deux coups. Kasparov n'aurait pas fait mieux.

L'Hôtel du Berger ? Souvenez-vous, on vous en a déjà parlé. C'était en 2012. À l'époque, cet ancien hôtel de rendez-vous de 1935 retrouvait des couleurs à l'initiative de Jean-Michel André (le Monty et le White Hôtel). Dès le début, l'entrepreneur avait eu l'intuition de confier le restaurant du Berger à un prestataire pour le rentabiliser au maximum. Après des débuts hésitants, c'est Vincenzo Marino, propriétaire de Vini Divini, qui a fait vivre l'endroit à coups de Spritz et autres pâtes à l'italienne. On ne connaît pas les détails mais il semblerait que le covid ait mis ce modèle à mal.

Aujourd'hui, c'est Thomas Kok, connu pour son implication dans des enseignes comme Tortue ou Chez Franz, et Kamila Ostrowska qui ont été approchés pour réécrire la table de cet hôtel qui dispose désormais d'une piscine. Le duo s'est chargé de rendre plus lisible ce décor fusionnant boudoir années trente et bistro… l'atmosphère est merveilleusement plantée. On y débarque un vendredi soir de moyenne affluence. On s'inquiète d'emblée d'un service de la plus grande gentillesse mais, hélas, pas rompu aux rythmes infernaux de la restauration. Un verre de prosecco servi plat (renvoyé au bar) et des temps d'attente anormalement longs nous confortent dans cette idée.

Et puis arrive la commande qui nous a complètement retourné. Fripon propose une cuisine belge dont on a voulu tester le maximum. Quelle claque ! Qu'il s'agisse des croquettes aux crevettes divines (18 euros), de la truite d'Ondenval en gravlax (13 euros) ou de la bavette de Rouge des Flandre servie avec une vinaigrette (13 euros), le scénario est le même, soit des produits de première qualité travaillés de manière à en faire ressortir toute la gourmandise. Bien vu, un américain en trompe-l'œil (10 euros), comprendre végétarien, restitue les sensations de la préparation grâce à des dés de betteraves, des câpres et un assaisonnement juste.

On tire son chapeau au chef exécutif et à Joël Geismar, connu pour El Camion, qui a assuré la consultance. Idem pour la tomate-crevettes (22 euros), une spécialité à risque qui se découvre ici juteuse à souhait. Les frites ? Croquantes et marquées au blanc de bœuf comme il se doit. La carte des boissons ? Prudente mais imparable : Zinnebir au fût (3,80 euros) et vins de chez Tortue ou Basin (entre 5 et 7 euros le verre).

FRIPON
Herdersstraat 24 rue du Berger, Elsene/Ixelles, 0487-89.80.70, www.lebergerhotel.be, di/ma/Tu > za/sa/Sa 18.30 > 22.00

Lees meer over
Meer nieuws uit Brussel

Bruxelles dans votre boîte mail?