Kiosques et guinguettes: l'été dans les bois

© Saskia Vanderstichele

Au cœur de la ville, les parcs offrent une salutaire respiration par le vert. Depuis peu, une nouvelle génération de kiosques et de guinguettes y promeuvent proximité et convivialité.

Publié en 1854, Walden ou la Vie dans les bois, le célèbre roman de Henry David Thoreau fait un constat éclairant : « au contact de l’élément naturel, l’individu peut se métamorphoser ». Ce livre résultant d’un séjour de deux ans est à comprendre comme une parenthèse à l’issue de laquelle l’écrivain n’avait de cesse de réintégrer la société des hommes.

On imagine souvent Thoreau au cœur d’une forêt perdue, façon Into the Wild, il n’en est rien. Le disciple d’Emerson était en réalité installé à seulement un mile – environ 1,6km – de son village natal de Concord. Quelle leçon pour aujourd’hui ? À l’heure où la convivialité s’étiole et où il est de bon ton de ne pas connaître le nom de son voisin de palier, la nature peut nous aider à recréer du lien social.

Ce qu’il faut retenir de Walden, c’est qu’en observant les cycles de la nature, en se mettant à son rythme, on apprend à vivre avec ceux qui nous entourent. Notre époque, qui a fait du béton une religion, semble enfin réaliser l’importance des arbres et des pelouses pour nos vies urbaines. L’expression de ce souci s’exprime à travers la vague de réhabilitation des kiosques de parc désaffectés qui fait aujourd’hui la joie de tous.

Ce patrimoine populaire méritait qu’on le préserve de la ruine et de l’oubli. Ces petites buvettes sans prétention retrouvent leur honneur perdu à travers des projets qui mêlent économie locale, approche participative, valorisation de l’artisanat, promotion du durable et respect de l’environnement.

1578 PARK schaarbeek
Le bonheur selon Bernard Leboucq
Un blanc chevalier fait beaucoup parler de lui sur ce sujet : Bernard Leboucq, le patron de l’excellente Brasserie de la Senne. L’homme est impliqué dans de nombreux projets. Le premier d’entre eux est La Buvette de la Guilde royale de Saint-Sébastien, appelée plus communément Buvette Sint-Sebastiaan. Ce lieu a initié le retour des kiosques et des guinguettes à Bruxelles. Il participe également au changement d’image de Schaerbeek.

« Je suis né dans cette commune, cela a été longtemps considéré comme une tare… aujourd’hui, c’est de moins en moins le cas, je suis fier de compter parmi les acteurs de ce changement », explique Bernard Leboucq. Situé à l’endroit de la plaine de tir à l’arc du Parc Josaphat, l’endroit respire la convivialité.

Ouvert toute l’année, ce petit cabanon décoré le plus simplement du monde – collection d’assiettes suspendues au-dessus du comptoir - fait place à des bières artisanales dignes de ce nom – Jambe de Bois, Geuze Cantillon… -, des plats belgo-belges – boulettes sauce tomate tous les premiers dimanches du mois - et déborde d’initiatives fédératrices comme les soirées « Paella, etc. » - des plats préparés dans de grandes poêles à paella – et surtout le très prisé Friday Fish Party.

Tous les vendredis, dès 18 heures, on peut venir se régaler de solettes – mention pour la version « crispy » -, gambas, couteaux, poulpes et autres calamars grillés à la plancha. Bien vu également pour les bonnes frites faites maison et les viandes du boucher Wesley. Cerise sur le gâteau ? L’habillage graphique, entre autres les transats, assuré par Jean Goovaerts, le graphiste de la Brasserie de la Senne dont l’imagerie évolue quelque part entre les codes esthétiques de la propagande soviétique et les lignes géométriques claires d’un Ever Meulen.

Fort du succès de cette initiative, Bernard Leboucq a cherché à appliquer les recettes du succès à d’autres endroits. Pour ce faire, il s’est associé à trois autres partenaires - Thanh, propriétaire du Tigre et initiateur des soirées Mister Wong ; Grégory Charlier des restaurants BiaMara, Peck 20 et Peck 47 ; ainsi que le chocolatier artisanal Laurent Gerbaud - afin de relever d’autres défis. Coup sur coup, ces quatre mousquetaires ont remporté trois appels d’offres.

1578 PARK woodpecker
© Saskia Vanderstichele
Le premier d’entre eux se situe dans le bois de La Cambre. Il s’agit de Woodpecker. C’est sur le Carrefour des Attelages que ce kiosque a pris ses quartiers. Cet endroit habituellement investi par les amateurs de roller se laisse apprivoiser à la faveur de quelques tables et chaises longues en toile.

On vient y siroter un café signé par un torréfacteur belge, un thé glacé ou une limonade home made, voire dévorer un en-cas sain façon wraps ou banh mi – du nom de ce sandwich qui signe la rencontre entre la traditionnelle baguette française et les saveurs du Vietnam à travers une boulette de viande de porc cuite à la vapeur, de la coriandre et des germes de soja.

Côté sucré, on se régale avec les esquimaux de Nanouk, encensés la semaine passée dans ces colonnes, ou les desserts au chocolat façon « Brokie », à mi-chemin entre un cookie et un brownie. Pour ce qui est des boissons alcoolisées, outre les bières de la Brasserie de la Senne, il faut pointer les très bons cocktails à l’instar du frozen margarita. Mention pour la musique live et les sets de DJ qui donnent envie de prendre son temps.

Le second lieu emmené par le quatuor est La Guinguette Royale qui se trouve dans le Parc royal et repose sur le même scénario que Woodpecker, à peu de chose près. Le troisième lieu ? La Laiterie dans le Parc Josaphat. Situé au niveau de l’esplanade du kiosque, le lieu accueillera les Bruxellois à partir du mois d’août.

1578 Guinguette Parc de Forest
© Saskia Vanderstichele
Toutes générations confondues
Deux autres adresses, qui ne sont pas l’œuvre de Bernard Leboucq et de sa bande, redorent également le blason des kiosques. Ainsi de La Guinguette du Parc de Forest dont le décor upcycling, à base de palettes de transport et de bobines de câbles industriels, fait mouche. On aime la nourriture proposée qui accorde une place de choix aux légumes, ainsi que la programmation de nombreux évènements : brocante, cours de yoga assurés par Sarah Robin, activités pour les enfants…

Enfin, last but not least, le Bar Eliza du Parc Elizabeth au pied de la Basilique de Koekelberg. Le pitch ? Un ancien pavillon - Vanaudenhove - transformé en bar d’été durant deux mois. Sans hésiter, l’adresse est celle qui fait valoir la finalité sociale la plus aboutie. Elle n’a pas son pareil pour mélanger les publics et les générations par le biais de concerts, de films, d’activités sportives… ou tout simplement autour d’une bonne bière.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Lees ook
BRUZZ Magazine
deze week
  • Niet enkel jongeren blijven feesten tijdens corona
  • Minister Clerfayt: 'Het zal twee jaar duren voor de arbeidsmarkt hersteld is'
  • Big City: Wat blijft er over van de wereldtentoonstellingen in Brussel voor Expo 58?
  • Hier vind je BRUZZ in de stad
  • Archief
deze week
  • Melat Gebeyaw Nigussie leidt de Beursschouwburg: 'Ik ben tegelijk insider én outsider'
  • Ruby Gallery: a new beacon in the canal zone
  • Liesa Van der Aa: 'Ik word agressief van yoga'
  • BRUZZ in the city
  • Archief
Neem een abonnement