SHOP: Nuit de Chine

© Saskia Vanderstichele
Onze score

Depuis plus de vingt ans, Hugues Delwaert est le propriétaire de l'endroit le plus " chaud " de Bruxelles : une caverne d'Ali Baba spécialisée dans la littérature érotique.

Rencontrer des inconnus sur Tinder, tout ça pour se faire larguer place Fontainas devant un magasin obscène près du Moeder Lambic. Qui dit mieux ? La vitrine de cette boutique discrète donne le ton. Ce n'est pas là que vous trouverez le cadeau d'anniversaire que vous cherchiez pour votre belle-mère. C'est donc prudemment, et avec un peu d'appréhension, que j'ouvre la porte du magasin Nuit de Chine.

Lorsque je questionne Hugues Delwaert sur son travail, il me raconte qu'il est l'heureux propriétaire d'une librairie érotique : son marché-niche de prédilection. Du sensuel au nu explicite, sa collection offre un éventail large, " hot " et provocant. Un livre sur les fresques érotiques de Pompéi est harmonieusement placé à côté d'un bouquin photo de Helmut Newton sur le Nude art. Des livres d'art et de photographie, des bandes dessinées, des magazines, des polaroïds, des DVD et aussi des cassettes-VHS usées de seconde main, sans oublier une anthologie de l'Histoire du nu féminin.

Avec des prix entre deux et cinquante euros, vous ne manquerez pas de faire des bonnes affaires. Quant à savoir comment Hugues parvient à vivre de porno old school à l'heure d'internet, cela reste une énigme. Il est impressionnant de constater tout ce que ce vendeur obstiné est parvenu à accumuler au fil des années. C'est ce qui s'appelle la passion. Ses archives composées de dizaines de vieilles revues érotiques forment d'immenses tas, classés par thème et par année. Que dites-vous d'offrir à votre pote un Playboy daté de son année de naissance comme cadeau d'anniversaire ? Saviez-vous que sur chaque couverture du magazine américain se cachent les typiques oreilles de lapin ? Maintenant que le nu est passé de mode, Hugues parvient à dénicher des perles dépréciées sur les brocantes. Un jour, il a vidé la maison d'un grand amateur du genre. " Ça je n'avais jamais vu, de la chambre à coucher au plan de travail, ses revues étaient partout. Chez moi, on n'en est pas encore arrivé là ", dit Hugues en riant.

Dans le magasin plane une ambiance voyeuriste. " Ma clientèle est, naturellement, principalement composée d'hommes. Quelques femmes curieuses osent parfois entrer mais elles ressortent les mains vides et les jouent rouges ". Ce que mon rancard Tinder était venu chercher dans ce magasin reste un mystère.

Nuit de chine,  Place Fontainasplein 4, Brussel/Bruxelles, 02-512.63.12 ma/lu/Mo > za/sa/Sa 11 > 18.00

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

--- OPROEP. Reageer jij soms op online nieuwsartikels of wil je het wel eens proberen? Doe mee aan het RHETORIC-onderzoek en maak kans op een waardebon. Meer info en inschrijven

 

Lees meer over
Lees ook
BRUZZ Magazine
deze week
  • Brussel massaal op twee wielen: 'De fiets heeft mij gered'
  • Vertrouwensbreuk tussen politie en jongeren
  • Sint-Joost, waar mondmaskers verplicht zijn
  • Big City: Is de stad hoger gebouwd dan ze oorspronkelijk lag?
  • Hier vind je BRUZZ in de stad
  • Archief
deze week
  • Blanche on life after lockdown
  • Danse urbaine vs quarantaine: Rachad, danseur hip-hop 
  • Frederik Willem Daem tapt pinten en verbeelding in café De Kauw
  • BRUZZ in the city
  • Archief
Neem een abonnement