eindejaar 2021

Bien chez soi : comment fêter Noël à la maison

© Saskia Vanderstichele
| Pourquoi ne pas arroser votre soirée des savoureuses mixtures signées LIB (Life is Beautiful), spécialisé dans les cocktails ?

Cette année, il y a deux fois plus de raisons de passer Noël à la maison. Cinq propositions pour un apéritif à savourer les pieds en éventail.

La version carnée

On ne présente plus Hendrik Dierendonck, prince des bouchers du Royaume. Fondée il y a plus de 40 ans par Raymond Dierendonck, cette lignée d'artisans à laquelle il appartient n'a jamais cessé sa quête d'une viande de qualité. Les grands chefs de la gastronomie ne s'y sont pas trompés dans la mesure où la boucherie fournit de nombreux établissements étoilés.

En quelques décennies, cette enseigne est devenue un must pour tout foodie qui se respecte passant par Saint Idesbald... ou Bruxelles. Comme Hendrik se plaît à le répéter : "Back to the basics", soit " retour à l'essentiel". Tout commence par le choix des viandes. Non contents d'avoir leur propre élevage de bœufs Rouge de Flandre, une race typique de Flandre-Occidentale qui bénéficie de pâtures dans la vallée de l'Yser et profite d'une herbe grasse propre aux Polders, Hendrik recherche aussi les meilleures bêtes à l'étranger, comme à Rungis où il glane des produits d'exception.

Parmi les musts de la Maison Dierendonck, il y a le plateau apéritif que l'on peut se faire livrer en toutes circonstances. Pour 50 euros, celui-ci rassasie facilement 6 personnes. Au programme : 1 salami italien (125 g) ; 150g de pastrami new-yorkais ; 150g de boudin blanc aux fines herbes ; 150g de saindoux avec des gratons (morceaux frits) ; 100g de potjesvlees, poulet, veau et lapin ; 150g de coppa séchée de bœuf Oedslach ; 150g de rillettes de canard et porc du père Raymond ; ainsi que 150g de joues de porc confites et vinaigrette à la moutarde. Bref, l'extase charcutière.

www.dierendonck.be

1781 Dierendonk

La version coréenne

Igor Allard et Se Min Yang constituent un couple craquant. Ils n'ont pas 30 ans et ont ouvert un discret traiteur coréen à Ixelles. On passe les détails de cette love story improbable qui débute à Zagreb où ces deux jeunes gens, l'une venue de Séoul et l'autre de Bruxelles, se sont rencontrés pour apprendre le...croate.

Toujours est-il qu'ensemble, ils proposent désormais des plats familiaux coréens préparés avec amour et bienveillance. L'occasion est belle pour leur commander des préparations apéritives qui sortent du lot. Sans parler de leur excellent kimchi, on recommande chaudement de tester les mandus (6,50 euros par personne), soit des raviolis enveloppés dans une pâte à base de riz. Le tout est farci de poulet et de légumes grillés. Un délice à savourer avec des nouilles sautées. Il ne faudrait pas non plus rater le mayak (6,50 euros par personne), un œuf en marinade, baignant dans une préparation à base de sauce soja et de petits légumes. L'avantage de ces spécialités ? Elles permettent d'aborder le repas de Noël en restant léger, soit un élément à ne pas négliger quand on sait à quel point fêtes de fin d'année riment avec excès.

www.iyagi-ixelles.be

1781 la fruitere

La version fromagère

Véronique Socié et son fils Léo Begin sont à nos yeux des fromagers exemplaires. Plutôt que de s'installer dans une commune tels que Saint-Gilles ou Uccle, ils ont fait le choix du centre-ville. Le duo multiplie les initiatives pour enrichir en permanence la boutique : fromagerie, table d'hôtes, affinage, cave à bières (des brasseries bruxelloises et des références que l'on ne trouve pas ailleurs, comme de Garde Brewing en Oregon) et à vins (notamment ceux du Jura, l'excellent Domaine Fumey-Chatelain) dont Léo connaît les pairing sur le bout des doigts, ainsi que… atelier de fabrication d'où sortent des yaourts urbains.

Le bon plan consiste ici à ce qu'il n'y ait pas d'assortiment tout fait mais à se laisser guider par le tandem qui connaît les fromages et les terroirs comme sa poche. Le plus ? La Fruitière vient de signer une collaboration avec Anaïs Gaudemer, la pâtissière de Cokoa. Au programme, des sablés au fromage pour un apéritif boosté aux saveurs de Comté.

lafruitiere.business.site

1781 Palo Alto Arsene-1-1

La version végétarienne

Charles Houet & Nicolas Neuville ont lancé Arsène. Il s'agit d'une plateforme qui a pour mission de "soutenir les artisans belges et mettre en lumière leur savoir-faire". La perspective ? Elle est plus que louable : "revaloriser les filières courtes et participer à la relocalisation des circuits d'alimentation". Pour ce faire, les deux entrepreneurs ont lancé une série de "packs apéro" : box Nemo (autour de la truite) ; box Zwin (autour du canard) ; box Saison (autour du gibier). Pour notre part, on retient tout particulièrement la box "Stoemp" qui mise sur des propositions végétales. L'assortiment proposé se module de 2 (19,99 euros) à 7-8 personnes (49,99 euros).

Le coffret fait place à plusieurs préparations qui ravissent, allant d'une crème de pleurotes à une trempette de panais, en passant par une IPA, l'Épervier, de la Brasserie de la Source et une bouteille de Solaris du Domaine du Chapitre.
Sans oublier, les excellents crackers de MAD LAB, ce label bruxellois, dont l'atelier est installé sur le site des anciennes usines Byrrh, signe une gamme remarquable de crackers réalisés à partir de drèches biologiques, à savoir un résidu d'orge dont les brasseurs se débarrassent après la cuisson de la bière.

www.arsene-bel.be

La version cocktail

Harouna et Karoline ont ouvert le LIB ("Life Is Beautiful") en 2016. Ensemble, ils ont créé un cocktail bar nouvelle génération ayant tracé un sillon mixologique inédit. Dans la foulée, le duo a lancé une boutique inspirée dans laquelle on trouve spiritueux et accessoires pour réaliser ses propres cocktails.

Seule ombre au tableau, même avec de l'entraînement, on n'arrive pas au quart de la cheville des mélanges d'Harouna marqués par un savant équilibre. Bonne nouvelle pour les paresseux, le magasin propose une gamme de plus de quarante cocktails en bouteille (entre 17 et 29 euros pour 200ml).

On trouve tant des classiques – Martinez, Manhattan, Old-Fashionned, Vieux Carré… – que des créations - Oh le zaatar imaginé pour le restaurant libanais Habibi ou encore Rosita, un mélange à la fois piquant et gourmand – et des mocktails – ainsi du Ne-Zero-Ni inspiré du Negroni.
Notre absolu coup de cœur ? Le Brussels Oaxaca (22 euros pour 200ml). Conçu comme un hommage au Mexique, cet assemblage panache mezcal, rhum jamaïcain et Fernet-Branca. Le tout affiche des contours fumés relevés par quelques notes de bitter à la noix. Beaucoup de talent.

www.libboutique.com

Dit was 2021

In 2021 schreeuwden veel mensen om aandacht, in online calls maar vooral ook in onze stad. In een reeks eindejaarsinterviews laten we die mensen aan het woord die minder gehoord werden.
Meer nieuws uit Brussel

Bruxelles dans votre boîte mail?