Le Korean Film Festival Belgium vous montre à quel point le cinéma coréen est riche

Samjin Company English Class.

Attendez la semaine prochaine pour binge-watcher la série trash de Netflix Squid Game. Cette semaine, le Korean Film Festival Belgium vous montre à quel point le cinéma coréen est riche, varié et captivant, et ce depuis des décennies.

Avez-vous apprécié Parasite, qui a remporté la Palme d'Or et l'Oscar du meilleur film ? Ce succès n'est pas tombé du ciel. Depuis vingt ans, Bong Joon-ho réalise des films qui n'ont rien à envier à son chef-d'œuvre primé. Et c'est loin d'être le seul Coréen à exceller dans le cinéma. C'est ce qui ressortira de ce festival du film coréen, qui met les bouchées doubles à l'occasion du 120e anniversaire des relations diplomatiques entre la Belgique et la Corée.

Le festival s'ouvre sur un film que les Coréens attendaient : Samjin Company English Class de LeeJong-pil. Le récit de trois employées de bureau dans les années nonante qui veulent gravir les échelons de la hiérarchie et qui se heurtent à un scandale environnemental. Le documentaire K-POP Genesis se penche sur l'histoire de la musique pop coréenne et présente des adolescents qui étaient aux premières loges lors de l'émergence de l'industrie musicale dans les années nonante. Les beaux gosses de BTS portaient encore des couches à l'époque.

Cette année, le festival met à l'honneur les films d'animation, l'occasion de revoir The King of Pigs. Bien avant Parasite et Squid Game, ce thriller brutal et stylisé a mis en lumière les inégalités énormes qui peuvent être fatales en Corée. Le réalisateur Sang-Ho Yeun a fait fureur par la suite avec le film de zombies Train to Busan.

Une troisième partie est constituée de cinq trésors cachés. Poetry de l'ancien écrivain et ministre de la culture Lee Chang-dong est un portrait finement observé d'une grand-mère atteinte de la maladie d'Alzheimer, un mélodrame qui traite des maux de la société moderne et une ode sincère à la poésie et à la beauté qui nous entoure. D'un autre calibre mais tout aussi fortement recommandé, The Wailing du réalisateur Na Hong-jin. Ce n'est un secret pour personne : ce thriller rural, toujours surprenant, plus intense et plus sombre, est l'un des films d'exorcisme les plus marquants depuis L'Exorciste.

Meer nieuws uit Brussel

Bruxelles dans votre boîte mail?