Pink Screens a encore frappé !

Madame

Votre emploi du temps de ministre ne vous permet pas découvrir toutes les perles et trouvailles de Pink Screens? Prenez soin de noter ces dix rendez-vous.

Lola vers la mer

Cette année, c’est au Bruxellois Laurent Micheli (Even Lovers Get the Blues) d’ouvrir le festival avec Lola Vers la Mer. Alors que tout les oppose, Lola, jeune femme trans de 18 ans et son père (Magimel) se retrouvent, contraints par les circonstances, à rouler ensemble en direction de la Côte. (7/11, 19.00, Nova)

Matthias et Maxime

Temps fort de la soirée d’ouverture, le nouveau film de Xavier Dolan (le plus québécois de sa filmographie) évoque la période charnière du passage à la trentaine à travers le récit de deux amis d’enfance dont les certitudes sont chamboulées après le tournage d’un court-métrage. (7/11, 21.30, Nova)

Dicktatorship: macho made in Italy

Les réalisateurs Gustav Hofer et Luca Ragazzi, l’un est féministe, l’autre pas, tentent de percer le mystère du succès des dirigeants ouvertement machistes et sexistes comme Trump, Berlusconi et Salvini. Un road-trip drôle et léger à travers l’Italie. (8/11, 19.30, Aventure)

Transgeek

Dans ce documentaire captivant, l’Américain Kevin McCarthy explore l’intersection entre les identités de genre et la culture geek. Si les mondes de la technologie et du gaming n’échappent pas à la normativité, ils sont aussi des espaces fascinants pour développer son identité et être soi. (9/11, 15.00, Nova)

Two of us

Alors que Nina et Madeleine dissimulent depuis des décennies leur histoire d’amour en se faisant passer pour de simples voisines de palier, leur secret se voit menacé. Un drame romantique, aux couleurs automnales et à la trame bien ficelée, signé Filippo Meneghetti. (9/11, 19.30, Palace)

Madame

Stéphane Riethauser, réalisateur genevois, raconte son douloureux coming out en milieu bourgeois dans les années nonante en s’appuyant sur de nombreux et précieux films familiaux, et en croisant son destin avec celui de sa grand-mère, Caroline, autre figure rebelle de la famille. (10/11, 17.00, Nova)

Cárceles bolleras

Dans son documentaire anti-clichés, l’Argentine Cécilia Montagut ne fait pas que dénoncer les discriminations de genre en vigueur dans les prisons, elle interroge la détention comme un espace propice à la découverte de nouvelles formes de sexualité et d’affection entre femmes. (11/11, 15.00, Nova)

Genderbende

La Néerlandaise Sophie Dros filme cinq jeunes gens qui ne se sentent ni homme ni femme. Si la société leur rappelle chaque jour leur différence, ils n’en sont pas moins fiers d’être eux-mêmes. Une invitation à rompre avec la rigidité des schémas binaires et à imaginer sa propre identité. (11/11, 17.00, Nova)

Socrates

Après la mort soudaine de sa mère, Socrates, 15 ans, doit tenter de survivre à la misère, à la dureté et à l’homophobie des rues de São Paulo. Un film vibrant et instinctif signé Alexandre Moratto et conçu avec des jeunes défavorisés de la région, avec le soutien de l’UNICEF. (16/11, 19.00, Nova)

The Miseducation of Cameron Post

Le festival se clôture en beauté avec la comédie dramatique de la réalisatrice irano-américaine Desiree Akhavan. Dans les années nonante aux U.S.A, la jeune Cameron est envoyée dans un camp de rééducation censé la soigner de son homosexualité. (16/11, 21.30, Nova)

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?