Intérêt en hausse pour le néerlandais

© Flanders Today
En 2015, 17.082 Bruxellois se sont rendus à la Maison du Néerlandais ou het Huis van het Nederlands. Les Marocains représentent le plus grand groupe après les Belges.

En 2015, 17.082 Bruxellois se sont adressés à la Maison du Néerlandais pour suivre des cours de néerlandais ou pour trouver d'autres moyens d'améliorer leur néerlandais. C'est un nombre encore jamais égalé. Les Marocains représentent le plus grand groupe après les Belges, dont certains sont aussi d'origine marocaine.

« Les visiteurs ne viennent pas tous suivre des cours de néerlandais », déclare Els Desle, directrice de la Maison du Néerlandais à Bruxelles. » Au total, 19.131 Bruxellois ont suivi des cours de néerlandais en 2015.

39 pour cent des visiteurs de la Maison du Néerlandais à Bruxelles sont de nationalité belge, mais quatre sur dix sont nés à l'étranger.
Les Marocains représentent le deuxième groupe le plus grand à la fois à Bruxelles et en Flandre. Au total, environ un élève sur six fait donc partie de la communauté marocaine de Belgique.


Le groupe d'expatriés de l'UE reste stable. Ce qui est frappant, c'est la forte augmentation du groupe des Français, souvent issus de l'immigration, et des Guinéens.


Les nationalités associées à la crise des migrants (Syriens, Irakiens et Afghans) se retrouvent plus vite à suivre des cours en Flandre qu'à Bruxelles.
«Les demandeurs d'asile suivent des cours dans les centres où ils sont généralement tenus de rester les six premiers mois pour être ensuite dispersés à travers le pays », explique Els Desle. « Nous constatons déjà dans les trois premiers mois de 2016 que le nombre de visiteurs en provenance d'Irak, de Syrie et d'Afghanistan est passé de 5 à 9 pour cent du total. »

Un visiteur sur trois en 2015 a déclaré parler le français à la maison. Le deuxième groupe parle l'arabe à la maison (24 pour cent).
Les élèves résidant à Bruxelles qui veulent apprendre le néerlandais sont plus diplômés qu'en Flandre. 35 pour cent d'entre eux disent avoir suivi des cours de l'enseignement supérieur, comparativement à 21 pour cent seulement pour la Flandre. 19 pour cent n'ont été qu'en primaire ou en secondaire inférieur, comparé à 28 pour cent pour la Flandre.

Les chiffres concernant la situation professionnelle des élèves sont similaires à ceux des années précédentes: les deux tiers des visiteurs de la Maison du Néerlandais sont au chômage.

Cela est en lien avec la répartition des âges. Le plus grand groupe de visiteurs se situe dans la tranche 26-35 ans. 38 pour cent ont entre 16 et 30 ans.
Une partie des demandeurs d'emploi bruxellois se présente à la Maison du Néerlandais avec un chèque de langue Actiris. Ce groupe est encore plus jeune: 46 pour cent ont moins de 30 ans. Ce groupe a également un niveau en néerlandais très faible: six sur dix sont débutants, deux sur dix sont « faux débutants » (niveau A2).

L'intérêt marqué pour la langue néerlandaise reste plus élevé dans les quartiers moins aisés, en particulier dans l'ouest de la région. Il y a deux fois plus de visiteurs qui viennent de ces communes que, par exemple, de Watermael-Boitsfort ou Auderghem.
 

 

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees meer over
Lees ook