Jimmy Robert plonge dans la nuit noire

© Frank Sperling

Installé à Berlin, l’artiste guadeloupéen Jimmy Robert pratique aussi bien la performance que la photo et le cinéma. Sa dernière pièce est une plongée dans le monde du clubbing des années quatre-vingt.

Il s’intéresse à la visibilité du corps et au rôle du désir. Il observe comment les mouvements peuvent occuper le corps pour créer un langage tant abstrait que concret. Dans l’espace clos des discothèques se superposent les interrogations sur le SIDA, le militantisme, le genre et la race.

Joie de vivre est un duo entre deux corps, une réflexion sur ce qui reste quand la fête est terminée. La performance continue-t-elle avec la mort comme seul horizon ?

Jimmy Robert : Joie noire 14 & 15/3, 21.00, Kaaistudio’s

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws en cultuur uit Brussel in je mailbox?