Sound the Alarm: Pauline Caplet (L’Enfant Sauvage)

© Emmanuel Torfs

Pauline Caplet est curatrice de la galerie L’Enfant Sauvage: "Heureusement que le public est là pour nous faire tenir."

En imaginant une galerie internationale dédiée à la photographie "sauvage" - comprendre indomptée, tremblante et à fleur de peau, dans la lignée de Michael Ackerman et Anders Petersen - Pauline Caplet était loin de se figurer que son espace niché au cœur de Bruxelles ouvrirait ses portes au beau milieu d’une pandémie mondiale. Plutôt que de baisser les bras, la jeune curatrice affrontait le virus de front au mois de juillet avec une première exposition mettant à l’honneur le photographe bruxellois Christopher de Béthune ainsi que la Néerlandaise Margaret Lansink.

Le vernissage fit un carton plein, au point que les mesures sanitaires, renforcées depuis, peinèrent à s’imposer entre les quatre murs de la petite galerie. "Beaucoup de gens ne respectent pas l’inscription obligatoire mais nous faisons quand même au mieux pour que tout le monde puisse accéder à l’exposition tout en respectant les mesures", dit Pauline Caplet.

Pas question non plus pour la curatrice de priver son lieu des échanges, talks et workshops, qui forment l’ADN de l’Enfant Sauvage. "On limite les ateliers à cinq participants, le port du masque est obligatoire et les distances sont maintenues." La curatrice explique vouloir limiter les frustrations à l’heure où "il y a déjà tellement d’événements annulés ou reportés."

Si la crise sanitaire a sans doute eu un impact défavorable sur les fréquentations de l’Enfant Sauvage, Caplet se réjouit de l’enthousiasme qui accompagne l’ouverture du lieu. "Je n’arrête pas de recevoir des mails et des demandes de collaboration. La situation pour le secteur culturel est catastrophique, c’est le flou total et on ne reçoit aucune aide, heureusement que le public est là pour nous faire tenir."

Une bienveillance qui, selon la curatrice, dépasse son espace et s’étend au réseau des galeries bruxelloises. "On s’envoie nos publics respectifs. Je sens énormément de solidarité."

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Bruxelles dans votre boîte mail?