Vincent Glowinski et Chloé Schuiten: nouvelles peaux

Comme deux explorateurs qui guident leur chemin à la lueur de leurs pinceaux et du reflet de leurs couleurs, Vincent Glowinski et Chloé Schuiten découvrent de nouvelles contrées artistiques dont ils étalent les cartes dans l’espace de LaVallée à Molenbeek.

Voici deux artistes qui manient l’art de l’esquisse avec sérieux et avec élégance. Des artistes qui ne peuvent se résoudre à se laisser emprisonner et couper les ailes par un seul médium, des artistes qui ont besoin de rapprocher les contraires de voir ce qui se tend sous la peau.

Vincent Glowinski a connu bien des vies, dans l’une de celles-ci, il était Bonom, une ombre qui hantait la ville, la traversait aux petites heures de la nuit. Avec l’assurance d’un funambule des hauteurs, il plongeait des carcasses d’animaux antédiluviens dans le sommeil de l’acrylique. Sur des murs aveugles de la cité, il pratiquait ses dessins monumentaux comme une performance, comme une expédition, titillé par l’adrénaline de l’interdit et du danger.

D’autres fois, on l’a vu devant un écran, dessiner avec son corps et avec la lumière une faune marine et végétale évanescente et changeante. Dans la solitude de son atelier, il se souvient d’animaux géants dont il assemble les squelettes en cuir parcheminé.

Chloé Schuiten souscrit à l’art comme on s’engage dans des expériences de vie. Elle aime se perdre et se retrouver dans la nature où elle imagine d’étranges rituels qui la maintiennent à distance respectable de ce qu’elle appelle le bordel humain. Dans la forêt, elle peut dessiner, coudre, raconter, performer et organiser. Parfois, elle aime simplement ne rien faire et écouter.

L’un comme l’autre aiment les rencontres artistiques pour partager leurs savoirs, leurs désirs et leurs incompétences. Vincent dans des performances improvisées avec de l’encre, des pinceaux, des ciseaux et du papier, accompagné et précédé par le batteur Teun Verbruggen, Chloé dans ses retraites en suspension du temps et de l’espace avec Clément Thiry.

Depuis trois ans, Vincent et Chloé collaborent dans des spectacles de dessin improvisé, dans la création de sculptures communes ou la recherche de nouvelles formes artistiques. Pour Mue, ils changent de peau, laissent leurs créations solitaires derrière eux pour marier et les remanier et créer des œuvres à quatre mains.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Bruxelles dans votre boîte mail?