portret

Doria D. : ‘Je remets toujours tout en question’

"Accepter mon hypersensibilité fut le plus grand défi de ma vie jusqu'à présent", explique l'espoir de la musique wallonne Doria D. Désormais, elle voit ce trait de caractère comme une force.

"C'est chouette de pouvoir être de l'autre côté de la scène au Botanique", dit Doria Dupont, aka Doria D, jeune artiste originaire de Louvain-la-Neuve. Avec les singles 'Dépendance', qui a fait un carton en Belgique francophone, et 'Sur ma tombe', elle combine sa voix un peu rauque, un son pop entraînant aux airs de Mylène Farmer, la mentalité "le cœur sur la main" de Billie Eilish et la conscience de soi d'artistes hip-hop comme Nekfeu et Lomepal. Elle cite Blu Samu et les rappeurs de L'Or Du Commun, comme sources d'inspiration. "Pour l'instant, j'écoute beaucoup une autre artiste bruxelloise : Iliona. Et je suis une grande fan d'Ehla, la grande sœur de Clara Luciani."

Ce besoin de créativité, Doria D. l'a depuis son jeune âge : "Enfant, ma grand-mère m'a beaucoup stimulée : comme je chantais bien, je pouvais faire des petits concerts privés pour elle et ses amis à la maison de repos. Ce que je n'osais pas chanter, je l'écrivais dans mes carnets de notes. À douze ans, quand j'ai commencé à jouer de la guitare, ces poèmes et autres textes se sont transformés en compositions, que je jouais dans des petits cafés locaux depuis mes quinze ans." Mais tout a changé lorsque son producteur actuel Manu Freson voit du potentiel dans 'Sur ma tombe', qu'elle a écrite à dix-huit ans et qu'elle a publié sur Instagram.

Des émotions intenses
Depuis, la chanteuse a travaillé dur à son premier album qui paraîtra en septembre, et qui inclut d'autres chansons sur le thème amoureux. "Après le succès de 'Dépendance', qui parlait du défi de rester indépendant au sein d'une relation amoureuse et qui a eu une valeur très thérapeutique pour moi, j'ai reçu beaucoup de réactions, surtout de la part de jeunes filles qui se reconnaissaient dans la chanson. Certaines m'ont même dit que le morceau les avait aidées à sortir de la mauvaise relation dans laquelle elles étaient."

D'autres titres parlent de son hypersensibilité. "C'est clairement l'aspect de ma vie qui m'a le plus posé problème. Pendant ma jeunesse, je ne comprenais pas trop ce qui se passait : tout semblait me toucher de façon beaucoup plus intense que les autres. Mes émotions étaient exagérées. Mais désormais, je suis heureuse d'être hypersensible : ça m'aide à écrire des chansons et à rester inspirée. J'espère qu'en étant ouverte à ce sujet, je peux faire comprendre aux autres qu'ils peuvent aussi y puiser de la force."

D'autres chansons encore parlent de la vitesse à laquelle tout se fait de nos jours. "Comme si on ne prenait plus le temps de respirer. Ce côté révoltant contre la société est une constante. J'ai souvent le sentiment que beaucoup de gens veulent simplement être des suiveurs, alors que moi, je remets toujours tout en question. Mais je pense que c'est nécessaire si on veut continuer à grandir, non ?"

Meer nieuws uit Brussel

Bruxelles dans votre boîte mail?