review

Alice Anderson : un travail complexe et multidimensionnel

Onze score

À l'écoute de la voix des machines et des objets connectés, l'artiste Alice Anderson les transpose dans des compositions au dépouillement électrique. L'énergie est matière. La pensée prend corps.

Et la planète est devenue rouge. Tissée de filaments de cuivre où pulsent, informations et données aussitôt obsolètes parce que remplacées par d'autres aussi urgentes. L'artiste franco-britannique Alice Anderson, nommée pour le Prix Marcel Duchamp 2020, ralentit le temps et recueille l'écume de ce trop-plein virtuel pour lui donner corps. Son travail, complexe et multidimensionnel, passe par un rituel méditatif et très physique qui donne chair et matière à ces flux immatériels. Intégrant les sons, ondes et vibrations générés par des machines, elle laisse les vagues d'énergie guider la main qui tient le pinceau pour couvrir les toiles posées à même le sol.

La petite exposition que propose La Patinoire donne à voir la dernière étape d'un voyage artistique. La série Empirical Sounds se décompose en 72 panneaux avec lesquels l'artiste a couvert trois murs d'une petite pièce à l'entresol. On y entre comme dans une data room figée dans le silence. Ou dans une chapelle car le scintillement de la peinture cuivrée dégage une atmosphère presque mystique. La couleur se répète verticalement de façon mécanique et en même temps aléatoire. Dans la pièce d'à côté, une peinture est posée à même le sol. La peinture cuivre ne laisse pratiquement pas de blanc, la surface irisée joue avec la lumière.

Alice Anderson

Les compositions libres qui suivent participent à la même œuvre globale. Il s'agit des papiers avec lesquels l'artiste protège le sol de son studio quand elle peint.

Il faut oublier ce qu'on voit, des traces de cuivre sur du papier noir, pour entrer dans une autre dimension où le son génère des mouvements qui, à leur tour, laissent des traces et où le silence s'écoute. Reste encore quelques compositions en volume. Le profil accidenté et irrégulier rappelle celui de ces graphiques qui s'inscrivent sur les écrans du monde entier pour transcrire le cours erratique d'une valeur boursière ou les variations d'une donnée climatique très vite à jamais disparue alors que les conséquences de ce qu'elles annoncent s'imposent dans le réel. Alice Anderson leur redonne une réalité matérielle.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

Oproep: Lees of reageer je wel eens op online comments, op nieuwssites of social media? Wil jij bijdragen aan een constructief online debat? Doe dan nu mee met het RHETORiC-onderzoek en ontvang een waardebon. Meer info en inschrijven.

Lees meer over

Bruxelles dans votre boîte mail?