review

Tortue: une toute petite perle

© Saskia Vanderstichele
Onze score

À la fois épicerie, cave à manger et mouchoir de poche, Tortue est l’adresse qui manquait à Uccle. Seul souci : il n’y en aura pas pour tout le monde.

A lors que l’électroencéphalogramme d’Edith Cavell est officiellement plat, la vie reprend de ce côté d’Uccle. L’étincelle en question s’est produite sur le coin juste en face de l’ancien hôpital. Et c’est une petite bande déjà identifiée, notamment pour ses établissements Chez Franz et Chez Richard, qui s’est emparée du défibrillateur.

Ces petits futés ont posé les électrodes avec beaucoup de justesse à la faveur d’un petit espace drapé de bois. On aime les grandes étagères qui alignent les bouteilles de vin jusqu’au vertige, le carrelage quatre couleurs (noir, jaune, blanc et rouge), les baies vitrées devant lesquelles on peut poser le coude, ainsi que le magnifique comptoir ouvragé.

Des petits détails poétisent l’ensemble, entre de jolies boîtes de sardines portugaises, des flocons de sel Maldon et un exemplaire rimbaldien de la mythique Saison en Enfer. Enfer ? C’est plutôt de paradis dont il est question ici tant la séduction opère.

C’est d’abord l’impeccable assortiment de vins nature qui retient l’œil. Il y a là toutes les références prisées par les amateurs : le domaine espagnol Partida Creus (avec en plus quelques raretés), les chablis de Thomas Pico, les tueries jurassiennes d’Etienne Thiebaud (Domaine des Cavarodes) et bien d’autres encore. Les prix ? Ils débutent aux alentours de 20€ pour une bouteille à déguster sur place.

Pour accompagner ces merveilles, le lieu sert une petite restauration sur le pouce aussi à l’aise le midi – ciabatta aux anchois et poivrons (6€), filets de sardine d’Andalousie (7€), ricotta de bufflonne au four avec des courgettes basilic citron (8€) – qu’au moment de l’apéritif – magret de canard ; mousserons et confiture d’orange (8€) ; planches de charcuteries artisanales, notamment celles de Stefano Bettella (Crémone), ou de fromages (9€).

À cela, il faut ajouter une réduite mais agréable terrasse urbaine, des spritz maison à base de vermouth Berto (7€), de l’excellent pain de chez Matinal ou une aussi énorme qu’appétissante motte de beurre coopératif Verneuil qui décore le comptoir. Comble du bonheur, l’équipe en place est drôle, cool et détendue.

Forcément, il fallait un revers. On n’en a vu qu’un seul : les volumes réduits de Tortue n’accueillent qu’un petit cénacle de privilégiés. Mieux vaut donc arriver tôt pour en faire partie (sachant qu’une fois installé, personne n’a envie de s’en aller).

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees ook

Nieuws en cultuur uit Brussel in je mailbox?