review

Adoration: l'amour, à la folie

Onze score

Gloria, Alleluia ! Le Bruxellois Fabrice Du Welz a réalisé un film sensuel (pas toujours sensé) sur la folie du premier amour : Adoration.

Quelle carrière de schizophrène que celle de Fabrice Du Welz ! Ses films coûteux réalisés à l'étranger (Colt 45, Message from the King) sont souvent décevants, ses films belges réalisés avec peu de moyens et beaucoup de liberté artistique sont toujours des pépites.

Avec le sanglant film culte Calvaire et l'Alleluia passionné, le tout nouveau Adoration constitue une trilogie des Ardennes. Cette appellation peut prêter à confusion. Les films forment indéniablement un triptyque qui se déroule dans la même région, mais les Ardennes ne sont pas la source d'inspiration de Du Welz. Il y puise seulement ses matériaux : les forêts, les rivières sinueuses, les prairies où des milliers de grues s'attardent, mais surtout la lumière. Comme un peintre alors ? Oui, comme un peintre.

Ce qui rend Adoration si spécial, ce n'est pas l'histoire qui s'évapore, ni l'évolution ou la faible profondeur des personnages. Le fils rêveur et naïf d'une infirmière dans un institut psychiatrique tombe sur une jeune patiente. Rien ne sera plus jamais pareil. Car Paul tombe follement amoureux pour la première fois de sa vie. Sa fuite avec Gloria, folle amoureuse aussi, est très romantique, mais vouée à l'échec. Les interprétations magistrales de Thomas Gioria et Fantine Harduin laissent fort à parier qu'on les reverra encore souvent devant la caméra.

La particularité de ce conte de fées avec sa cruauté non filtrée est l'adaptation de l'amour fou au grand écran. Tel un Terrence Malick des Ardennes, Du Welz fait des miracles avec la lumière et tout ce que l'environnement a à offrir. Ce n'est pas la première fois que le chef opérateur bruxellois Manu Dacosse (Amer, Évolution, Alleluia) a l'occasion de nous enivrer avec ses images. La beauté des couleurs et la vivacité du grain du 16 mm créent une poésie qui s'est quelque peu perdue depuis le passage du cinéma au numérique. Malgré l'histoire assez mince, Adoration est une très belle expérience.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Lees meer over

Bruxelles dans votre boîte mail?