review

Jojo Rabbit : une satire anti-haine

Onze score

Après le documentaire sur les vampires What We Do in the Shadows et la production Marvel Thor : Ragnarok, le réalisateur néo-zélandais Taika Waiti s’aventure dans une « satire anti-haine ».

Un score de 8/10 sur IMDB et six nominations aux Oscars, y compris pour le meilleur film, et ce ne sont pas les seules raisons de se réjouir d'aller voir Jojo Rabbit. Le scénariste-réalisateur néo-zélandais Taika Waititi a conquis de nombreux fans avec le documenteur sur les vampires What We Do in the Shadows et la production Marvel Thor : Ragnarok. Il s'aventure ici dans une "satire anti-haine", présentée comme telle.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un enfant allemand fait de son mieux pour être un nazi exemplaire. Son ami imaginaire est un Adolf Hitler loufoque (Waititi lui-même). Sa foi nazie est mise à rude épreuve lorsqu'il découvre que sa mère (Scarlett Johansson, nominée aux Oscars) cache une jeune fille juive et que celle-ci se révèle être non pas un monstre mais une créature qui fait même battre son cœur.

Le sentimentalisme aurait été plus facile à avaler si on avait pu rire à plusieurs reprises avant, mais à part quelques joyeusetés dignes de la série Allô Allô et une photographie sublime, le simpliste et docile Jojo Rabbit n'a étonnamment pas grand-chose à offrir.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

OPROEP: Reageer jij soms op online nieuwsartikels of wil je het wel eens proberen? Doe mee aan het RHETORIC-onderzoek en wie weet win jij een van onze 10 prijzen! Neem nu deel..

Lees meer over

Bruxelles dans votre boîte mail?