review

La cravate : comprendre le Front National

Onze score

Comment filmer le Front National ? La Cravate fait bien plus que suivre le quotidien du jeune Bastien pendant la campagne présidentielle de 2017. Un pari documentaire fascinant.

Peu de cinéastes auront approché l'adhésion à l'extrême droite à la manière des Français Etienne Chaillou et Mathias Théry (La sociologue et l'ourson). Leur long-métrage documentaire La Cravate ne quitte pas d'une semelle Bastien, vingt ans, militant au Front National à Amiens, saisi dans le décor d'une partie de campagne : celle qui hissera Marine Le Pen au second tour des présidentielles contre Emmanuel Macron en 2017.

Aussi fan de la chef du parti que du laser game (une passion qu'il se découvre à l'âge de dix ans), ce fervent patriote peine à trouver sa place au milieu des sosies de Florent Philippot et autres arrivistes balzaciens aux manières qu'il méprise autant qu'il jalouse. À commencer par son supérieur direct, à peu près du même âge, Eric Richermoz, chef départemental FN de la Somme, mentor cynique se faisant un malin plaisir à choisir la cravate de son secrétaire.

La Cravate brille avant tout par l'originalité de son dispositif. Les images de Bastien tournées dans la section locale du FN, en train de tracter sur les marchés, assistant aux meetings du parti, seul dans son studio à dévorer son kebab ou derrière le comptoir du stand laser game de la zone de loisirs où il est employé, sont soigneusement mises au service de la voix off d'un narrateur qui déroule avec détachement le roman de la vie du jeune militant se rêvant en haut de l'affiche. Le souci du détail et les considérations psychologiques sont dignes de Gustave Flaubert.

Mais deux siècles se sont écoulés depuis les romans réalistes et La Cravate aurait péché par son exotisme et sa condescendance si les deux réalisateurs n'avaient pas eu l'intelligence de confronter l'histoire qu'ils avaient (littéralement) couchée sur papier à leur protagoniste, lui laissant le loisir de corriger le récit quand le besoin s'en ferait ressentir (étonnamment peu). Une révélation tardive sur son passé trouble se chargera de mettre à mal les prétentions réalistes de ce roman filmé et ouvrira la voie au projet premier de ce documentaire fascinant : comprendre sans juger l'adhésion à l'extrême droite, pour pouvoir mieux la combattre.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Lees meer over

Bruxelles dans votre boîte mail?