review

Lara: une étude réussie sur la solitude

Onze score


Dommage que Jan-Ole Gerster ait eu besoin de huit ans pour sortir un nouveau film après son premier long-métrage acclamé Oh Boy. Lara, tout aussi sobre, est une œuvre réussie ; le réalisateur berlinois ne devrait pas laisser passer autant de temps entre deux films.

Avec une compassion retenue mais jamais sentimentale, il dépeint une femme très seule qui, le jour de son soixantième anniversaire, reconsidère son envie d'en finir. Lara, brillamment interprétée par Corinna Harfouch, achète toutes les places restantes pour le récital de piano que son fils donnera en soirée. Elle les distribue à de vagues connaissances et à des passants.

Son isolement semble être causé par une attitude dure envers tout et tout le monde. Une rencontre avec son ancien professeur de piano lui apprend qu'elle a peut-être été trop dure envers elle-même lorsqu'elle a abandonné son rêve de devenir pianiste. Même son fils préfère garder ses distances. Qu'y a-t-il de plus douloureux ?

Gerster a la classe de ne pas dramatiser à l'excès et le tact de laisser au spectateur le soin de psychologiser. Une étude qui vaut la peine d'être vue et entendue.

LARA
DE, dir.: Jan-Ole Gerster, act.: Corinna Harfouch, Tom Schilling, Volkmar Kleinert

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

 

 

Lees meer over

Bruxelles dans votre boîte mail?