review

Motherless Brooklyn: tourette de force

Onze score

Edward Norton sort de l'ombre avec un film noir sur un détective qui sort de l'ombre. Motherless Brooklyn va plaire aux fans de chapeaux mous, de pubs de jazz à Harlem et d'urbanisme.

Dans le New York des années cinquante, un détective privé enquête sur le meurtre de son patron et mentor. Ce n'est guère une tâche facile que d'interroger des gens quand vous avez le syndrome Gilles de la Tourette et que vous criez de façon incontrôlée les mots et les sons qui résonnent dans votre tête. Certains collègues l'appellent même Freakshow.

Les indices l'amènent dans un bar de jazz à Harlem, auprès d'une belle activiste qui travaille pour les quartiers afro-américains menacés et d'un urbaniste qui aspire au pouvoir. Il n'est pas interdit d'y voir Robert Moses, un homme avide de pouvoir qui considérait New York comme son terrain de jeu dans les années cinquante.

Il aura fallu près de vingt ans à Edward Norton, producteur, scénariste, réalisateur et acteur principal, pour adapter le livre de Jonathan Lethem, Motherless Brooklyn, au cinéma. Le premier projet date de 1999, son année de gloire. Il affrontait alors Brad Pitt dans Fight Club et obtenait une deuxième nomination aux Oscars pour son rôle de néonazi dans American History X. Depuis, il a joué pour Julie Taymor, Spike Lee, Ridley Scott et Wes Anderson.

Dans son film, il a réussi à s'entourer d'un casting à faire pâlir d'envie les réalisateurs : Bruce Willis, Alec Baldwin, Willem Dafoe, Gugu Mbatha-Raw, Leslie Mann, Bobby Cannavale, Michael K. Williams. Ce n'est autre que Dick Pope, la main droite de Mike Leigh, qui se trouve derrière la caméra. Côté musique, Norton a pu compter sur le compositeur Daniel Pemberton, le trompettiste de jazz virtuose Wynton Marsalis et un morceau de Thom Yorke. La sauce ne pouvait pas ne pas prendre. Son film néo-noir est visuellement et musicalement très soigné, met en lumière le pouvoir de l'ombre et met sur le devant de la scène un superbe personnage principal. C'est plus que suffisant.

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

Oproep: Lees of reageer je wel eens op online comments, op nieuwssites of social media? Wil jij bijdragen aan een constructief online debat? Doe dan nu mee met het RHETORiC-onderzoek en ontvang een waardebon. Meer info en inschrijven.

Lees meer over

Bruxelles dans votre boîte mail?