Moins bling-bling pour le rappeur Saba

Moins bling-bling que les nouvelles têtes de série du hip-hop yankee, Tahj Malik Chandler s’est taillé une réputation sous les quatre lettres de Saba. Diplômé avec quelques années d’avance, ce pianiste chevronné de Chicago se distingue après les cours en participant à des sessions Open Mic.

Depuis, sa progression est discrète, mais remarquable. Proche de Chance the Rapper, l’artiste infuse son rap d’un groove onctueux et d’une bonne dose de jazz. Sur son dernier album, l’ultra recommandé Care For Me, Saba se raconte en musique. Le flow posé sur une trame instrumentale sophistiquée, il évoque ses amis, sa famille. Sans oublier son cousin, mortellement poignardé. Bienvenue du côté de la vraie vie.

SABA 23/2, 19.30, Botanique

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.

Nieuws uit Brussel in je mailbox?