review

Chez Nabu : la grâce plutôt que la graisse

© Saskia Vanderstichele
Onze score

À deux pas du Cinquantenaire, Chez Nabu imagine le bar à vins de demain en le sortant de ses ornières viandeuses. Un petit miracle à ne louper sous aucun prétexte.

Les psychologues vous le diront : en matière de comportement, rien de pire que les réflexes associés. La cigarette après le repas, le soda sucré pour commencer la journée, le verre de vin pour la terminer. Ce que l’on oublie souvent, c’est que ces mécanismes opèrent à un niveau plus large. Prenons le cas des bars à vins. Depuis plusieurs années, ceux-ci ont établi une carte standard à base de « planches » - en version charcuteries ou fromages.

Un problème ? Nullement… si ce n’est que ces propositions acquièrent un statut automatique que plus personne ne songe à interroger. Heureusement, on peut compter sur certaines consciences éveillées afin de pulvériser de l’huile créative sur ces engrenages grippés. En la matière, Coralie Rutten, à qui l’on doit déjà Tarzan à Ixelles, se découvre comme l’égérie à suivre. La jeune femme débarque désormais à Woluwe-Saint-Lambert avec un projet qui nous a épaté. Établissement situé sur un coin, Chez Nabu revient de loin, à savoir d’un décor anxiogène de café sans âme. Désormais, l’adresse s’expose en pleine lumière. Les temps forts décoratifs ? Un sol en béton ciré, des briques nues, un beau comptoir marbré et de jolies banquettes boisées à claire-voie. Bref, un esprit de « comptoir de copains », le sous-titre revendiqué par le lieu, faisant la part belle aux vins nature. Ceux-ci partent à la conquête des gosiers, au verre (entre 5,50 et 7,20 euros) ou à la bouteille (à partir de 27,40 euros). Les vignerons ? Des boss : René Mosse, Jean Foillard, Thierry Puzelat, Hervé Villemade…

On peut aussi y boire des bières signées Brasserie de La Senne, Cantillon ou Brasserie Ermitage; un pastis belge (Pastis Ardent à 3,50 euros) ; ou encore un délicieux shot de gingembre Gimber (4 euros). À cela, il faut ajouter un tableau noir émaillé d’excellents grignotages : chips nori (4 euros), amandes grillées fumées (5 euros), burrata bio (15 euros)… « Et la viande ? », entend-on déjà hurler. Pas de panique, on en trouve mais elle ne prend pas toute la place – un duo de charcuterie (10 euros), voire un rosbif à 12 euros – et provient d’un boucher consciencieux (Wesley’s à Schaerbeek). Autre bonne nouvelle, on peut également déjeuner. Ce midi-là, il s’agissait de fenouils marinés servis avec une burratina, une crème de carottes, du sarrasin et des lentilles. Pour 12 euros, ce délice arrosé d’huile au basilic et de cerfeuil musqué déploie toute la saveur d’une assiette végétarienne.

Chez Nabu
avenue Albert-Elisabethlaan 35, Sint-Lambrechts-Woluwe/
Woluwe-Saint-Lambert, 02-479.68.87,
Facebook: Chez Nabu ma/Lu/Mo > zo/di/Su 12 > 22.00

Fijn dat je wil reageren. Wie reageert, gaat akkoord met onze huisregels. Hoe reageren via Disqus? Een woordje uitleg.
Lees meer over
Lees ook

Nieuws uit Brussel in je mailbox?